le yoga ayurvédique

Hier soir, j’ai été tester un cours de yoga près de chez moi. Une belle salle, un vrai studio de yoga avec tous les « props » qu’on peut imaginer (bolsters, chaises, briques, sangles, cordes aux murs, etc.) pour pouvoir entrer dans toutes les poses souhaitées. Je n’aurais pas crû trouver un endroit si bien équipé dans ma petite ville. La prof était très compétente, sa voix douce et posée, ses explications nettes et précises… mais c’était du yoga Iyengar.

Alors, loin de moi de critiquer cette forme de yoga que j’ai découverte il y a quelques années en Inde en suivant les cours d’une américaine qui avait étudié plus de 20 ans avec « Guruji » à Poona. A l’époque, ce fut une révélation. J’avais pratiqué du yoga Kundalini dans la tradition de Yogi Bhajan, du yoga Shivananda au centre parisien, tâter de quelques autres traditions sans noms à l’occasion de mes recherches de cours au début de mois de septembre de chaque année, mais je n’avais jamais rien trouvé qui me parle vraiment. J’ai tout de suite aimé la précision des poses, l’importance donnée à l’alignement dans chacune d’elle, la structure et l’importance d’engager le corps complètement dans chaque pose, de la plante des pieds au bout des doigts. Je n’avais jamais trop apprécié de voir des profs accepter tout et n’importe quoi en cours, sous prétexte qu’il fallait juste « sentir » les choses. On peut se faire mal en faisant du yoga ! On peut faire de façon incorrecte Trikonasana (le triangle) pendant 20 ans et finir avec une prothèse de la hanche. J’ai donc trouvé que tout cela était très juste et je me suis mise aux cours avec ardeur.

Quelle n’a pas été ma déconvenue quand une année plus tard, je me suis retrouvée à vivre dans un climat de désert d’altitude et que d’un seul coup, mon corps disait non. J’étais desséchée, raide, j’avais beaucoup de tension partout dans les muscles et ma pratique quotidienne du yoga ne m’aidait en rien. Plus ça allait, plus j’étais mal. Parallèlement, je suivais des cours de « yoga ayurvédique », un yoga tout en souplesse qui s’adapte parfaitement à la constitution de chacun.

Si nous avons trop d’air (et donc de sécheresse dans le corps), il faut rajouter de la terre et de l’eau dans nos poses ; si nous avons trop de feu, il convient également de rajouter de d’eau pour refroidir un peu des choses et leur apporter plus de souplesse. C’est en suivant ces cours que je me suis rendu compte à quel point le yoga Iyengar était très chauffant : on passe son temps à relever le menton, relever le sternum, lever les yeux vers le ciel, etc. La façon d’entrer dans les poses est également un peu raide. On reçoit énormément d’instructions concernant la façon de positionner le corps mais finalement peu de préparation pour assouplir les tissus avant les postures. Soudain, ce qui m’avait soutenu sous les tropiques du Sud de l’Inde me rigidifiait et ne me convenait plus du tout. J’avais souvent des maux de tête ; l’énergie, au lieu de se redistribuer harmonieusement dans le corps, montait trop et me causait des insomnies.

Dans le yoga ayurvédique, on place beaucoup d’importance sur cette préparation. Les poses sont organisées en séquences qui permettent au corps de se préparer à y rester ; il y a beaucoup de « mouvements de vagues », de micromouvements qui permettent de déloger les cristallisations, les tensions, les nœuds dans corps. J’ai découvert un type de yoga rempli de compassion qui part vraiment de la personne pour aller vers la pose et non de la pose pour aller vers la personne. Dans le même temps, l’alignement et les enseignements du yoga Iyengar ne sont pas oubliés, mais ils servent de base solide, de fondement stable aux poses. C’est une merveilleuse école pour apprendre à mieux connaître son corps, à mieux se connaître soi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s