Respecter les rythmes de son corps pendant les règles

En occident il est habituel de se comporter pendant ses règles comme n’importe quel autre jour. On refuse de ralentir le rythme et d’écouter son corps alors que c’est cette attitude-là qui va permettre au cycle de se dérouler plus facilement, avec le moins de douleurs possible.

En effet, c’est ce qu’on fait quand on a pas ses règles qui détermine le degré d’inconfort quand elles arrivent. Si on est stressée, si on mange de la nourriture trop lourde/épicée/grasse/sucrée, si on saute des repas et qu’on a un mode de vie irrégulier, il y a de bonnes chances pour que le cycle en soit perturbé et que nous ayons des désagréments non seulement pendant les règles mais pendant quelques jours avant également.

Aussi dans ce bref article, je souhaite vous faire part de quelques considérations ayurvédiques concernant le cycle féminin.

En ayurvéda, on considère que les règles sont le fait d’apana vayu, un des 5 vents énergétiques qui existent dans le corps et qui sont l’expréssion de Vata (un des 3 dosha dont les éléments prédominants sont l’aitr et l’éther). Apana vayu est le vent descendant. C’est lui qui nous garde ancrés mais aussi qui préside à tous les types d’évacuation : selles, pipi, flux menstruel et aussi bébés. Quand apana vayu est perturbé, bien des conditions peuvent apparaître : problèmes de crampes, mal au bas du dos, « spotting », règles irrégulières, trop peu abondantes, constipation, etc. Il existe bien des façons dont apana vayu peut être dérangé, surtout dans notre mode de vie actuel, aussi est-il important pour que le cycle menstruel se déroule harmonieusement, que celui-ci soit respecté et compris non pas comme un fardeau ou une malédiction mais comme un processus naturel de purification et de régénération qui devrait, dans l’idéal, être totalement indolore.

Plusieurs choses sont principalement à éviter lors des règles :

–          avoir des relations sexuelles : non seulement est-on plus sensible à tous les pathogènes lorsqu’on a ses règles (ce qui peut causer des problèmes en cas de partenaires multiples) mais le mouvement de va et vient perturbe apana vayu, qui est, on le rappelle, uniquement descendant et qui pousse le flux menstruel vers l’extérieur. Il a été reconnu, même en médecine conventionnelle que faire l’amour pendant les règles pouvait provoquer de l’endométriose.

–          se faire masser vigoureusement, surtout la tête. Il est bien admis que les massages font circuler l’énergie, ce qui est très bien pour empêcher la stagnation des fluides dans le corps mais pendant les règles, il faut laisser le corps faire ce qu’il a à faire tout seul, sans le déranger.

–          n’utiliser que des tampons : pendant longtemps, je n’ai utilisé que ce mode de protection qui me semblait le plus pratique. Il y a quelques temps, je me suis retrouvée en Inde où il n’est pas si facile de trouver des tampons et où les conditions d’hygiène ne se prêtent guère finalement à leur utilisation. J’ai donc acheté des serviettes hygiéniques et je me suis rendu compte que mon flux était totalement différent. J’ai eu l’impression de perdre plus de sang et que le flux était plus abondant. En fait, le fait de voir et de ressentir vraiment le sang couler procure une sensation très différente. J’ai eu une plus forte impression de purification. En tant que protection externe, les serviettes ne perturbent pas apana vayu comme peuvent le faire les tampons, surtout lors de leur mise en place. Les tampons peuvent en effet créer un mouvement anti-péristaltique et perturber apana vayu et le rythme de l’appareil reproducteur en général.

–          éviter toute activité physique intense : courir, sauter, monter à cheval… et éviter les postures inversées de yoga.

Certaines traditions, comme celle que présente Maya Tiwari dans ses livres, sont encore plus exigeantes et disent qu’il faut éviter de prendre des bains (les douches doivent être très rapides avec de l’eau chaude, mais pas brûlante ni froide) et se se laver les cheveux.

L’idée en gros, c’est de respecter le cycle et de se respecter durant ces quelques jours. Se reposer au maximum, méditer, lire, écrire, peindre… c’est souvent une période de créativité pour les femmes qui ont la volonté/possibilité de s’accorder une pause ; pause qui leur permettra de recommencer un nouveau cycle avec une nouvelle énergie, au lieu de se sentir « lessivée » à cause des règles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s