Gastro et ayurveda

Ayant entendu hier aux infos que nous approchions le pic d’épidémie de la gastro, j’ai décidé que le moment était peut-être venu de proposer un article sur ce phénomène récurrent.

Il n’a échappé à personne que les gastros sont courantes pendant les mois d’hiver et surtout après les fêtes : la Toussaint, Noël et la Saint-Sylvestre. Que font la plupart d’entre nous à ces occasions ?

– nous mangeons : souvent des mets auxquels nous ne sommes pas vraiment habitués, qui ne font pas partie de notre régime alimentaire habituel. Pendant les fêtes, nous ne faisons pas attention aux combinaisons alimentaires hasardeuses et mélangeons joyeusement dans un seul repas fois gras, chapon ou saumon, fromages, salade en vinaigrette, bûche chocolatée et/ou glacée, chocolats, sucreries…;
– nous buvons : mélanges d’alcools : champagne, vins rouges et vins blancs se mélangent souvent allègrement, provoquant le lendemain moult douleurs céphaliques et sensations d’embrumement de la conscience ;
– nous nous couchons tard ou alors très tôt, au petit matin, entraînant ainsi un déficit de sommeil alors que le corps a biologiquement besoin de plus de sommeil à cette période de l’année quand la luminosité est limitée et que les jours sont courts;
– et pour certains d’entre nous, nous sommes pris dans un tourbillon émotionnel qui nous laisse épuisés. Passer quelques jours avec sa famille ou sa belle-famille, honnêtement, je ne connais personne que ça laisse totalement zen.

Comment imaginer que notre corps puisse emmagasiner tous ces excès, sans conséquences? C’est que tout ceci, selon l’ayurveda, produit dans le corps de l’ama, c’est-à-dire une sorte de matière gluante et toxique qui va surcharger le système immunitaire en pénétrant dans nos cellules. Ama en sanskrit signifie littéralement « non-cuit », « non-digéré ». Une des règles de base de l’ayurveda pour garder une bonne santé, c’est d’éliminer l’ama (alimentaire ou émotionnel) de notre organisme et de favoriser une bonne digestion (là-encore, au niveau physique et émotionnel).
Les plus sages d’entre nous essaieront, dès le 2 janvier, de contrebalancer les excès des « fêtes » par un régime simplifié de soupes de légumes/yaourts, mais d’autres continueront à profiter des chocolats au bureau, de la galette des rois… surchargeant encore plus leur organisme et mettant en péril leur système immunitaire. Dès lors, il n’est pas surprenant qu’au premier virus qui passe, ces personnes seront en première ligne pour l’attraper.

Alors que faire ?

En prévention, il est bien entendu nécessaire de ne pas faire d’excès en fin d’année.
C’est simple en théorie : ne pas trop manger, ne pas trop boire et respecter quelques bonnes habitudes : chaque matin, boire au lever un grand verre d’eau chaude additionnée de jus de citron, ce qui va drainer le foie et apporter beaucoup de vitamine C (indispensable pour maintenir une bonne immunité), faire des repas légers entre les jours de fêtes en évitant les chocolats et les sucreries (qui favorisent le développement des bactéries), boire beaucoup d’eau chaude par petites gorgées entre les repas.

Pour ceux qui trouvent ça trop difficile, il est bon de se rappeler à quel point il est agréable d’avoir la gueule de bois et/ou le ventre distendu et douloureux à cause d’un excès alimentaire. Dans ce cas-là, une petite tisane de graines de fenouil pillées est tout indiquée.

Ne pas oublier les règles d’hygiène de base en période épidémique : se laver les mains avec du savon le plus souvent possible durant la journée quand on est à l’extérieur et de toutes les façons, après chaque passage aux toilettes (s’essuyer les mains avec du papier et ,avant de le jeter, utiliser celui-ci pour refermer la porte des toilettes de manière à ne pas toucher les poignées).

Essayer également, dans la mesure du possible de ne pas serrer les mains et/ou embrasser tous ses collègues tous les matins. C’est parfois difficilement évitable, d’autant plus que de ne pas le faire peut être perçu négativement dans le contexte culturel français, mais ça peut quand même valoir le coup quand on voit le nombre de personnes qui toussent, se mouchent, ont une extinction de voix, etc.

Aussi, quand on prend les transports en commun, toucher le moins possible les barres et ne pas se toucher le visage ou porter les mains à sa bouche avant de les avoir lavées au savon ; ceci est également valable dans les grandes surfaces avec les caddies et autres paniers dont les poignées sont vraiment crades. Pendant la folie de la crise de la grippe H1N1, plus de monde a suivi ces conseils de base, puisqu’ils étaient affichés partout, et le taux de gastros a chuté de façon dramatique.

Si malgré tout, le mal est fait et qu’on a attrapé une gastro :

– se reposer, dormir ou rester allongé en prenant de longues et profondes respirations : les vomissements et autres passages aux toilettes sont vraiment épuisants pour le corps et ce n’est pas la peine de lutter ;
– une fois les vomissements terminés, penser à réhydrater l’organisme : boire par petites gorgées de l’eau tiède à laquelle on aura ajouté une cuillère à café de sel et de sucre roux, un peu de jus de citron ;
– boire l’eau de cuisson du riz qui a un effet adoucissant et cautérisant sur les parois intestinales mises à mal par l’épisode ;
– quand on est prêt à remanger : y aller doucement avec un peu de riz, voire du kitcheri basique (mélange d’1/3 de lentilles mung avec 2/3 de riz et épices douces), qui est un plat ayurvédique très facile à digérer et à préparer. Il existe de nombreuses recettes sur internet, prendre la plus simple (les lentilles mung peuvent être remplacées par des lentilles corail). Il sera souvent nécessaire de manger de petites quantités pendant les quelques jours suivant la gastro afin de laisser le temps au système digestif de se rétablir. La prise de probiotiques peut être utile.

Si jamais les symptômes s’aggravent après deux jours ou que vous observez du sang dans vos selles, contacter votre médecin.

En résumé, c’est comme d’habitude, il est préférable de rester modéré pendant la période des fêtes, d’embrasser « la voie du milieu ». Généralement, elles se passent d’ailleurs mieux ainsi puisqu’on sait que l’alcool peut exacerber les tensions et les excès alimentaires peuvent embrouiller les esprits, ce qui ne favorise pas une atmosphère calme et joyeuse, ce qui est quand même mieux pour terminer/commencer l’année!

D’ailleurs, une très bonne année 2013 à vous!

Vous serez peut-être également intéressé(e) par un article sur les compléments alimentaires intéressants pour l’hiver, ou sur la manière de soutenir son immunité, voire des remèdes naturels contre le rhume et les états grippaux. Bonne santé!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s