Lunaisons (1)

Ce blog étant finalement comme une grande besace dans laquelle on trouve toutes sortes de choses, j’ai décidé de m’accorder la liberté aujourd’hui de parler du cycle menstruel.

Aujourd’hui, de plus en plus de femmes en France se détournent de la pilule suite aux différentes controverses qui lui sont associées ; de plus en plus de femmes choisissant des moyens de contraceptions naturels, cela veut dire que de plus en plus de femmes redécouvrent ou découvrent leur cycle menstruel naturel, sans l’influence des hormones artificielles.

On parle souvent du poids que cela représente, de l’inconfort et de la douleur que cela entraîne à intervalles réguliers (ce qui n’est pas une fatalité!!!), mais on parle beaucoup moins de la dimension spirituelle du cycle.

En effet, les changements hormonaux auxquels nous sommes soumises jusqu’à la ménopause non seulement valent le coup d’être mieux connus (cf. tout bon bouquin d’anat’physio), mais leur énergie également vaut la peine d’être explorée. C’est une dimension du cycle qui émerge de plus en plus dans les pays anglo-saxons (et cet article est inspiré de plusieurs sites que je liste à la fin), mais qui, me semble-t-il est peu connue en France.

Alors voici un petit résumé qui, je l’espère, permettra à certaines d’adopter un regard différent sur leur cycle :

Semaine 1, du 1er au 7e jour : c’est la semaine des règles ; le cycle débute avec le premier jour des règles. Souvent on a envie d’être seule, d’être tranquille et on fait parfois le nécessaire pour que cela advienne : par exemple avec des prises de becs diverses et variées. Il est important de voir ce moment comme une étape de purification à tous les niveaux. Le corps se débarrasse de ce dont il n’a pas besoin. Profitons de ces quelques jours pour faire le point et pour laisser partir ce que nous ne souhaitons pas retenir pour le nouveau cycle à venir, que ce soit des attitudes mentales, des habitudes alimentaires, des schémas qui nous paraissent négatifs.

Le moment des règles est dans beaucoup de cultures traditionnelles (Amérindiens, Inde, certains groupes du Pakistan…) un moment de retrait pour la femme qui se trouve déchargée des tâches ménagères et parfois « mise à l’écart » avec les autres femmes qui ont leurs règles au même moment (ce qui arrive souvent quand des femmes vivent ensemble, voire quand elles travaillent dans le même bureau !). C’est un moment privilégié pour s’intérioriser.

À mesure que le flux devient plus léger, une énergie printanière commence à émerger. On se sent plus légère, plus libre de ses mouvements, comme renouvelée. On a envie à nouveau de sortir, c’est comme si on ouvrait une nouvelle fenêtre sur le monde.

Semaine 2, du 8e au 14e jour : C’est une semaine de grande énergie créative. c’est l’énergie de l’été qui domine cette nouvelle phase. On a tellement d’énergie mentale et physique que souvent nous prend l’envie de se lancer dans de nouveaux projets. Et puis à mesure qu’on s’approche du moment de l’ovulation vers le 14e jour, on s’intéresse plus à notre apparence physique, on essaie de nouvelles tenues, on sent souvent également un pic d’énergie sexuelle. Tout nous semble possible. C’est l’énergie féminine à son comble qui traditionnellement tombait souvent au moment de la pleine lune, quand les femmes étaient moins exposées aux lumières artificielles qui influencent, souvent de façon négative, notre glande pinéale.

Dans cette deuxième semaine, c’est le moment d’utiliser notre énergie créatrice, de fabriquer quelque chose… on a souvent un sentiment d’expansion assez agréable qu’il est bon de laisser s’exprimer : par notre créativité, notre apparence, notre sexualité.

Semaine 3, du 15 au 21e jour : alors là, tout dépend de la phase de notre vie dans laquelle on se trouve : c’est l’énergie de l’automne qui se manifeste à ce moment-là et sa coloration dépendra de notre état d’esprit ; avons-nous un sentiment de satisfaction par rapport aux nouveaux projets que nous avons peut-être entamés pendant la phase précédente ? Sommes-nous touchées par un sentiment d’échec accompagné d’une légère dépression, car nous souhaitons concevoir un enfant et qu’un nouvel ovule ne sera pas encore cette fois fécondé (« j’ai perdu une occasion… ») ? Mais il se peut aussi que nous soyons toute contente à l’idée de ne pas avoir conçu… Tout est possible dans cette phase et elle sera le reflet fidèle de ce qui nous anime intérieurement à ce moment-là de notre vie. Il est important d’en avoir conscience pour être claires avec nous-mêmes.

Dans cette phase, il est important de ne pas être dure avec soi-même : si c’est un sentiment positif qui domine, célébrons-le ; si c’est un sentiment négatif, acceptons-le. Prenons la décision de changer ce qui peut l’être et d’accepter ce qui ne peut pas être changé. Vous l’aurez compris, ce n’est pas le meilleur moment pour commencer de nouveaux projets !

Semaine 4, du 22e au 28e ou 30e ou 32e jour, selon la durée de votre cycle : C’est l’énergie de l’hiver qui domine cette phase : on laisse déposer ce qui s’est passé au cours des trois semaines précédentes et on voit : sommes-nous satisfaites de notre vie ? Avons-nous (une nouvelle fois) un sentiment de ras-le-bol ? c’est le moment de faire le point et le moment de décider si oui ou non nous laisserons perdurer tel ou tel aspect qui ne nous convient plus dans le prochain cycle.

À mesure que l’on s’approche des règles, c’est à nouveau un mouvement de retrait du monde qui nous anime et qu’on devrait honorer afin de pouvoir, grâce à cette nouvelle conscience des énergies de notre cycle, mieux se connaître et mieux naviguer dans notre processus d’évolution dans ce corps de femme qui est le nôtre.

Dans cette phase, prenez le temps d’organiser votre vie pour que vous ayez le moins de contraintes possibles pendant les 3 premiers jours des règles à venir : essayer de ne pas fixer d’importantes réunions à ce moment-là ; ce n’est pas le moment non plus de prendre un RDV chez le dentiste ou pour un massage. Certaines décident également de cuisiner une grosse quantité de nourriture qui leur permettra de lever de pieds pendant deux ou trois jours. C’est le moment de ralentir la cadence ; pour certaines, cette cadence se ralentira d’elle-même tellement elles ressentiront d’inconfort à l’approche des règles (ceci fera l’objet d’un autre post sur le SPM) et il sera important pour elles de lever le pied sur le café et les excitants et d’alléger leur alimentation pendant ces quelques jours et pourquoi pas, faire un peu de yoga pour décongestionner la région du bassin.

On peut donc considérer le cycle menstruel comme une sorte de processus alchimique au travers duquel nous passons tous les mois. C’est une chance pour la femme que d’apprivoiser son cycle pour ne plus se sentir encombrée par son corps. En honorant son cycle, elle honore l’énergie féminine qui est tellement mise à mal dans le monde aujourd’hui, participant par là-même à sa restauration.

Quelques liens (en anglais…)

http://www.wildgenie.com/articles_fs.html

http://www.moonsong.com.au/articles/

http://www.sharonmoloney.com/menstruation

et deux livres (aussi en anglais) :

– « Her Blood is Gold » de Lara Owen

http://laraowen.com/books/her-blood-is-gold/

– « The Wise Wound : Menstruation and Everywoman », Penelope Shuttle et Peter Redgrove

Vous aimerez peut-être aussi cet article

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s