Retraites

Quand je travaillais dans l’édition à Paris il y 15 ans (!), une collègue-copine m’avait dit qu’elle et son copain passaient obligatoirement une journée chez eux dans le week-end. Pas de sortie, pas de visites, un minimum d’interaction avec le monde. c’était pour eux un besoin vital dans le tourbillon qu’est la vie dans la capitale (ils ont depuis bougé dans une autre ville plus calme !)…

A l’époque, ça m’avait étonné de sa part. Vivre à Paris et rester enfermé chez soi une journée entière quand le week-end n’en compte que deux et qu’il y a tellement de choses à voir/faire/découvrir !! Sauf que maintenant, c’est à moi qu’il arrive de rester des journées entières à la maison le week-end. Certes, la présence d’un jardin est un atout, mais c’est surtout le besoin d’intériorisation qui se fait ressentir.

Le week-end, j’ai de plus en plus besoin d’un « reset », d’une pause pour me retrouver. Travaillant dans une administration en open-space toute la semaine, donc dans le bruit, la clim, les conversations de bureau et… l’énergie des autres, j’ai vraiment besoin de ces moments de ressourcement. Je termine d’ailleurs généralement le week-end en pleine forme après ma séance de yoga du dimanche en fin d’aprèm à laquelle je ne déroge quasiment jamais. Elle me permet de clore le week-end en douceur.

DSC04501

Mon mari étant (très) casanier, ces journées sont pour nous comme des mini-retraites pendant lesquelles nous aimons chacun de notre côté vaquer à des activités qui nous ressourcent avant de nous retrouver aux repas pour partager nos découvertes. J’ai l’impression que c’est un très grand luxe dans le monde actuel (et surtout pour les femmes!) que de pouvoir ainsi rentrer en soi-même un jour par semaine, rester en silence si on le souhaite, lire, dessiner, bref faire certains des hobbies minimalistes dont je parlais ici.

En règle générale, les pauses et les retraites sont de plus en plus importantes pour moi. En début d’année, j’ai pris l’habitude de partir quelque temps pour faire une retraite plus formelle, dans un ashram, parfois en silence. Ça pause une intention pour l’année à venir et le mois de janvier est la période idéale pour la méditation et le silence : la nature est au repos, tout est calme, c’est une période naturelle de latence et d’intériorisation. Au quotidien, la méditation que je pratique le matin face à mon autel est aussi une mini-retraite quotidienne. Il est rare que je la manque. Même quand j’ai passé une nuit de m…, je sais que la méditation, même écourtée, m’aidera à me recentrer et même à me revitaliser un peu avant d’entamer ma journée.

Pour moi qui suis une grande sensible, sans ces moments de retour vers soi, il me serait vraiment difficile de faire face aux multiples sollicitations de ma vie professionnelle, personnelle et associative. Dans le monde actuel qui est à mes yeux très anxiogène, ce retour à soi me permet de me recentrer, de puiser force et courage, de mieux me connaître et de rester en contact avec ce qui se passe à l’intérieur. Tellement de monde aujourd’hui semble ne vivre qu’à la surface de soi-même, sans jamais prendre le temps (avoir le courage ?) de regarder ce qui se passe dans leur cœur. C’est pourtant à mes yeux un des ingrédients d’une vie pleinement vécue, vous ne trouvez pas ??

6 réflexions au sujet de « Retraites »

  1. lacapacitedemerveillement

    Entièrement d’accord avec toi 🙂 De plus, ce concept de retraite méditative s’améliore chaque année et devient essentiel, incontournable, et se bonifie, modifie 🙂 Je suis contente que tu sois passée « chez moi » car nous avons beaucoup en commun, tu as beaucoup plus d’expériences que moi là-dessus et cela me guidera de te lire certainement 🙂 Belle soirée 🙂

    Aimé par 1 personne

    Répondre
  2. Le blog yoga de CaroCaro

    On a des vies un peu similaires. Je travaille dans l’administration et le weekend j’ai envie de couper, de rester à la maison avec mon jardin. Par contre je fais bcp trop de choses et parfois je ne me pose pas suffisamment. C’est difficile alors … J’ai une question : si tu es fonctionnaire quel statut as tu pour cumuler avec prof de yoga ? En asso ? Merci infiniment. Et merci pour tes articles qui raisonnent bien en moi. Namaste !

    J'aime

    Répondre
    1. atmaprana Auteur de l’article

      Merci pour ton message. En fait (et désolée si ce n’était pas clair), je ne suis pas prof de yoga. J’ai bien donné quelques cours bénévolement dans le passé mais aujourd’hui j’ai juste une pratique personnelle de longue date et j’ai eu la chance d’avoir de très bons profs, notamment en Inde et aux Etats-Unis où j’ai fait de longs séjours. Tout ce que j’écris ici n’est basé que sur mon expérience personnelle. Autrement, pour avoir une activité annexe en tant que fonctionnaire, je crois qu’il faut être à temps partiel,rentrer dans la catégorie « formation donnée » et sans doute passer par la commission de déontologie… Il me semble que les conditions ont été modifiées récemment, à vérifier!

      J'aime

      Répondre
      1. Le blog yoga de CaroCaro

        Merci pour ta réponse. Oui j’avais oublié : tu avais parlé de ta pratique personnelle. Et comme tu parlais d’administration je pensais que tu parlais de la fonction publique. En tous les cas merci pour ta réponse, c’est très sympa de ta part.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s