Pleine conscience ménagère

L’autre jour, j’ai pris le café avec mes collègues. Ça m’arrive rarement ; je préfère profiter du tout début de journée pour faire un tour sur internet, regarder les nouvelles du jour et prendre le temps de commencer à mon rythme. Mais les mois d’été aidant, l’activité est au ralentit et les journées peuvent être longues au bureau. C’est finalement un bon moment pour nouer des liens plus étroits avec les autres collègues désœuvrés.

Après les enfants, la conversation a dérivé sur les recettes de cuisine et le ménage. A chacune de faire une remarque sur son rapport à ces activités nécessaires à notre quotidien. Une collègue a mentionné qu’elle avait vu un reportage où une personne proposait de faire faire le ménage à d’autres pour qu’ils se détendent. Alors j’ai remarqué : « Bah oui, dans les monastères zen et chrétiens (je ne suis pas allée jusqu’à mentionner les ashrams!), il y a toujours quelques heures dans la journée qui sont dédiées au travail quotidien nécessaire à la marche de la maison et généralement il est conseillé d’effectuer ces tâches avec vigilance, voire dans le même état méditatif que pendant les heures de méditation formelle… » (sans le ton sentencieux). Quand j’ai ajouté que faire le ménage ne me dérangeait pas du tout, qu’il fallait seulement le faire avec conscience, j’ai vu plusieurs paires d’yeux se braquer sur moi et j’ai entendu très fort la question silencieuse : « Mais de quoi elle parle ? »

sdr

Habituée des milieux « yoguicospiritueloécolos », je suis toujours étonnée quand quelqu’un ne sait pas de quoi je parle quand je mentionne la pleine conscience. J’imaginais pourtant que c’était passé dans le langage courant…. Bref, pour en revenir au sujet de cet article, faire les tâches quotidiennes en pleine conscience, ça a plein d’avantages !

Ça nous permet de bouger, ce qui est toujours bien pour rester dans le corps et rester centré, surtout pour celles et ceux d’entre nous qui ont une vague tendance à l’anxiété. La pleine conscience, justement en nous permettant de rester conscient de nos actions, nous permet de mieux les réaliser (et donc d’en dériver un sentiment de satisfaction bien agréable) et nous aide également à rester dans le moment.

Rester dans le présent, ça paraît simple, mais notre mental a tellement tendance à divaguer, à errer entre projets, regrets, élaborations imaginaires, rêves, souvenirs, listes de courses, listes de choses à faire, etc. qu’on peut rapidement passer à côté de ce qu’on est en train de vivre dans le « maintenant ». Après tout, comme le dit Amma, le passé est comme un chèque annulé et le futur n’existe pas. Seul le présent est entre nos mains. Si nous passons chaque instant dans notre monde mental, nous passons à côté de lui et nous finissons, en gros, par passer à côté de notre vie. Tous les maîtres spirituels nous le rappellent de diverses façons.

Les actes de la vie quotidienne que sont le ménage, les lessives, la préparation des repas, le jardinage, etc, sont des occasions en or de nous mettre à distance de notre mental. On voit nos résistances et nos agacements, notre impatience et potentiellement notre frustration. De mon côté, j’ai très vite appris à changer mon regard sur ces tâches domestiques. Puisqu’elles sont obligatoires (à moins de se payer les services d’une personne), autant les rendre joyeuses et les inclure à ma pratique spirituelle. C’est l’une des choses que la vie en ashram m’a enseignées. Et puis avoir ces tâches à faire, ça signifie aussi qu’on a un logement/des vêtements/de la nourriture, ce qui n’est malheureusement pas le cas de tout le monde sur Terre. Il est donc possible de les faire avec un sentiment de gratitude qui les rends plus légères, voire joyeuses (OK, ça dépend des jours quand même).

Pour ceux qui ont un maître spirituel cher à leur cœur (attention, niveau 3), j’ai une technique infaillible : celle d’imaginer que ce dernier ou cette dernière va vous rendre visite. Automatiquement, je souhaite que la maison soit propre, que la nourriture soit préparée en conscience, que le linge soit plié et rangé, que tout soit en ordre et harmonieux. Pour moi, il ne s’agit pas de se transformer en fée du logis (quoique, chacun est libre !) mais plutôt de créer des ponts entre mes pratiques spirituelles « formelles » du matin et le reste de la journée, ce qui m’aide beaucoup à apaiser le mental. Du coup, je n’entre presque plus en résistance envers ces « corvées » qui deviennent des occasions supplémentaires de pratiquer. Et vous avez-vous des techniques pour rendre ces activités plus enrichissantes ?

4 réflexions au sujet de « Pleine conscience ménagère »

    1. atmaprana Auteur de l’article

      Merci pour ce partage. Oui, il est possible de donner du sens à toute à action, aussi « banale » et répétitive soit-elle et de la transformer en une pratique positive.

      J'aime

      Répondre
  1. lacapacitedemerveillement

    La pratique de la pleine conscience et de la gratitude est un travail de chaque instant. J’arrive à dire Merci grâce à la prière, mais j’avoue, j’ai encore du boulot pour la pleine conscience même si je me qualifie de quelqu’un de simple et humble. Pour le ménage, j’ai été élevée par une maman dont c’était la préoccupation obsessionnelle principale au point où je n’ai jamais été à l’aise chez elle tant je ne pouvais rien faire. Ironiquement, cela m’a valu des moqueries « que je n’aide pas assez, ne fais pas assez » etc, alors que j’ai mené ma vie seule. Simplement, en sa présence, je suis toujours tétanisée. Bien sûr que le passé est révolu, et j’ai sincèrement pardonné. Mais ce que je veux dire est que parfois, on a une idée sur un sujet et comment le mener en fonction de causalités bien prégnantes. Pour ma part donc, mon chez-moi est propre mais je refuse de me prendre la tête, et quand je m’adonne au ménage, je mets la musique pour chanter et danser en même temps. Et si mon maître spirituel rentrait sans prévenir, je souhaite qu’il ressent l’amour et la paix chez moi, même si le pouet pouet de mon chien trône en plein salon 🙂 Le minimalisme aide à la paix, c’est pourquoi je n’ai pas un intérieur chargé (plus parce que je me dégage peu à peu de l’idée de la possession, j’ai peu de choses à moi, pas de TV, même pas de voiture en bas du logis, pour autant, ma maison est très mignonne je trouve 🙂 mais le plus important pour acquérir la paix est surtout le lâcher prise 🙂

    J'aime

    Répondre
    1. atmaprana Auteur de l’article

      Merci pour ton partage ! Oui nous abordons les différents aspects de la vie tous en fonction de de notre vécu. De mon côté j’ai eu très peu de transmission maternelle pour les choses du quotidien et je ne savais pas faire grand chose. J’ai beaucoup appris dans les ashrams et les centres spirituels que j’ai fréquentés. Je suis loin d’être une fée du logis mais j’aime bien quand la maison semble respirer car propre et (plus ou moins) rangée. C’est un acte d’amour pour soi et les autres personnes qui éventuellement vivent à la maison.

      Aimé par 1 personne

      Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s