Sidération

Nous sommes aujourd’hui le 12 août. Cela fait donc un mois que notre président a fait son allocution. Ça fait un mois que je me bats contre une anxiété galopante. Impression d’être une bête traquée. Oppression au niveau du plexus, diarrhées, insomnies et cauchemars. Je sais que personne n’a réagi de la même façon à ses paroles. Certains ont même montré de sa satisfaction pour sa fermeté. De mon côté, je ne m’attendais pas à autant de violence et j’ai tout pris en plein cœur. Littéralement. Comme un coup de poing, comme l’impression que l’étau se referme.

Le 15, je suis retournée au travail après 2 nuits sans dormir ou presque. Ce matin-là, une de mes collègues m’a accueillie avec un « Y’en a marre à la fin, tu ne trouves pas ? » Je pensais qu’elle parlait de la gestion de la crise « sanitaire » (qui n’a, à mes yeux plus aucun lien avec quoi que ce soit de sanitaire étant donné que les traitements pharmaceutiques peu coûteux existent depuis le début, mais qu’ils ont été interdits dans nos pays ; en gros, de nombreux décès auraient pu être évités, de même que les différents confinements et les soi-disant surcharges hospitalières ainsi que la profonde crise économique et sociale qui s’installe, sans parler des effets des injections expérimentales que l’on nous propose, mais j’aborde là un autre sujet)…

Non, elle en avait marre de la pluie. Les bras m’en sont tombés. Il est vrai que dans la région nous n’avons pas vu les mois de mai et juin passer. Mi-août, l’herbe est verte et touffue comme en plein mois d’avril… mais, ne s’est-elle pas rendu compte que nous venions de basculer dans le totalitarisme ? En quelques instants, tout ce qui fait notre contrat social, tout ce qui fait la devise de notre pays a été foulé au pied et jeté aux orties.

Si pas de passe, pas de café, de restaurant, de cinéma, de musées, etc., plus de voyages en train et plus grave, plus d’accès aux soins dans les hôpitaux (il faudra m’expliquer comment on en est arrivé à devoir prouver qu’on est pas malade quand on doit aller à l’hôpital), plus de visite dans les maisons de retraite, ou pour voir sa fille qui vient de donner naissance.

Si pas de passe, plus de travail dans la santé, même si on a porté à bout de bras tous les malades qui arrivaient en masse il y a plus d’un an, car les médecins ont été interdits de prescrire les médicaments qui auraient permis à beaucoup de monde d’échapper aux formes graves.

Notre pays qui est si prompt à dénoncer la moindre discrimination n’hésite pas à mettre au ban de la société une très grande partie de sa population, alors même que les données issues des nombreuses études provenant des pays où la population a reçu en masse la potion magique montrent que ceux qui l’ont reçu peuvent, aussi bien que ceux qui ne l’ont pas reçue, être porteurs du Coco et le transmettre.

Bref, je suis profondément dégoûtée par ce qui se passe actuellement. Comme dans un état de sidération dont je ne parviens pas à me départir. Et je sais, pour avoir vu les foules qui défilent au nom de la liberté dans les rues de nos villes, que je ne suis pas la seule. J’espère de toutes mes forces que ce cauchemar va bientôt s’effondrer sur lui-même à mesure que les personnes s’éveillent à la vérité du mensonge généralisé dans lequel nous baignons, malgré notre « richesse » et notre « éducation »…

2 réflexions au sujet de « Sidération »

  1. Péma Keltoï

    C’est en effet très grave!
    Je suis dégoûtée , j’ai dû y passer pour pouvoir travailler en septembre. Je pouvais pas me permettre de perdre mon salaire maintenant….et cette prise en otage. J’avais prévu pleins d’activités. Et mardi ce sont les portes de la bibliothèque qui se sont refermées derrière moi !
    Quel étrange sentiment.
    Il me manque une dose, puis une semaine, pour pouvoir revivre normalement….
    j’ai appliqué de l’argile juste après la piqûre, mais même avec ça j’ai eu des effets secondaires immédiat: épuisement, états grippaux, mal au bras comme si j’avais chuté dessus violemment.

    Courage vous n’êtes pas seule!
    En effet….c’est inadmissible, et bien loin de ce qu’une démocratie devrait mettre en place. Et ils reparlent d’interdire les huiles essentielles?

    J'aime

    Répondre
    1. atmaprana Auteur de l’article

      Oui, c’est une véritable prise en otage. De l’extorsion même. J’entends tellement de personnes avoir des « effets secondaires » importants… Et oui, j’ai entendu pour les HE. Le délire. Espérons que nous soyons collectivement aidés et que ce cauchemar s’arrête.

      Aimé par 1 personne

      Répondre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s