Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘danse’ Category

Nataraja

DSC04231DSC04234DSC04233

Publicités

Read Full Post »

« Vertical Road »

Lundi soir, je suis allée vers Vertical Road d’Akram Khan. Alors déjà, je dois dire que je ne suis pas du tout une connaisseuse de danse contemporaine. J’ai bien dû voir 3 ou 4 spectacles par le passé, mais c’est tout. D’habitude, je suis plutôt danse traditionnelle indienne : Odissi, Bharata Natyam, Khatak (que j’ai pratiqué quelque temps), Kuchipudi…

J’ai donc été voir Akram Khan parce que ça faisait longtemps que j’en avais entendu parlé. Déjà j’avais voulu aller le voir l’année dernière à Paris mais on m’avait répondu que c’était complet dès la première minute de l’ouverture des réservations… Alors quand j’ai vu qu’il passait dans ma nouvelle ville, j’ai sauté sur mon téléphone.

Je dis bien, j’ai voulu aller voir Akram Khan, parce que je pensais qu’Akram Khan était un danseur solo qui allait évoluer seul sur la scène, vous voyez mon ignorance. Alors, quelle n’a pas été ma surprise quand j’ai lu le programme du spectacle qui m’a été gentiment remis à l’entrée dans la salle. Akram Khan est le chorégraphe, mais il ne danse pas lui-même dans ce spectacle.

Dès le lever du rideau, j’ai été éblouie : la beauté de la mise en scène, les lumières, l’odeur de talc dans la pénombre, l’intemporalité des costumes (mélange post-moderne d’habit de moine tibétain aux couleurs blanc cassé)… j’ai tout trouvé magnifique. Le rideau de toile transparente au fond de la salle, le jeu des ombres chinoises, l’utilisation de l’espace, le battement omniprésent de la musique contemporaine éléctronique parfois, pianistique à d’autres moments.

Je suis rentrée totalement exaltée du spectacle et j’ai essayé de partager mon émotion avec monji qui ne comprend pas, mais alors pas du tout mon amour de la danse. Il me dit qu’il ne comprend même pas pourquoi les gens dansent (?!!!?). Alors j’ai tenté de lui expliquer : quand je vois ces danseurs qui maîtrisent parfaitement leur art, qui bougent leur corps avec tant d’agilité, de souplesse et de grâce, c’est toute la beauté de l’incarnation humaine que je vois : la liberté absolue du mouvement, la jouissance de l’incarnation dans un corps sans entraves…

Toujours je sens, après une séance de yoga, ce magnifique fourmillement dans le corps, comme si toutes les cellules étaient joyeuses d’avoir été baignées par les fluides mis en mouvement par les asanas et j’imagine que ces danseurs doivent ressentir quelque chose de similaire. On sent leur exaltation quand on les voit danser, mais il y a aussi l’énergie si particulière du groupe (ils étaient 7 danseurs) dont les membres viennent de pays, de cultures différentes : Asie, Europe, Moyen-Orient. J’ai appris qu’Akram Khan avait reçu une double formation en danse Kathak ainsi qu’en danse contemporaine. Pas étonnant que j’ai été séduite par la chorégraphie ! A un moment magique, tous les danseurs se transforment en derviches comtemporains.

« Vertical road, le chemin qui mène de la matérialité à la spiritualité », qui fait littéralement tomber les voiles. “Vertical Road draws inspiration from the Sufi tradition and the Persian poet and philosopher Rumi. Exploring man’s earthly nature, his rituals and the consequences of human actions, Vertical Road becomes a meditation on the journey from gravity to grace.”, dit le site internet de la compagnie.

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :