Archives pour la catégorie spiritualité

Un itinéraire avec Amma – livre-témoignage

Après des mois d’écriture où je me suis sentie portée par la grâce et des semaines de montagnes russes émotionnelles liées aux questions de mise en page, IBSN, dépôt légal, corrections, etc. dont on doit s’occuper soi-même quand on choisit l’auto-édition – et ce sera sans doute l’objet d’un article prochain -, le livre dont j’avais fait une mention rapide par ici est à présent disponible en ligne:

https://www.thebookedition.com/fr/un-itineraire-avec-amma-p-381021.html

Celles et ceux qui ont déjà rencontré Amma (Shri Mata Amritanandamayi Devi) y retrouveront plein de moments bénis, que ce soit en France ou en Inde, dans son ashram d’Amritapuri dans le Kérala ou lors des tours de l’Inde, les autres découvriront peut-être plein de choses sur le chemin spirituel tel qu’il peut être vécu aujourd’hui, quand on est occidentale et qu’on vit « dans le monde ».

Tous les bénéfices sont reversés à ETW, l’association caritative internationale d’Amma, qui œuvre dans le monde entier.


Vortex

sdr

Des mois que je n’ai pas écrit quoi que ce soit ici. Ces dernières semaines, j’ai eu l’impression d’être prise dans un vortex spacio-temporel. L’impression que le temps s’accélère, que ce qui avait de l’importance hier n’en a plus aujourd’hui, que le monde entier est emporté dans un souffle global qui le dépasse, que chacun cherche à se raccrocher à ses identités illusoires et en même temps, à s’en libérer.

Il y a peur et lumière, anxiété et amour.

Des projets articles tournent dans ma tête. J’ai pensé écrire au sujet de notre petit jardin qui ne nous apporte que du bonheur (oui, un véritable cliché mais les jardiniers sauront à quoi je fais référence, c’est incroyable ce qui peut se passer dans 100 m2, à tous les niveaux), au sujet des masques et du coronaV (mais il y a tellement de cacophonie médiatico-réseausocialesque que ça ne me donne pas envie d’en rajouter), au sujet des énergéticien.nes/médiums et autres canals sur lesquels je me suis bien branchée depuis le début de l’année (mais là encore, il faut exercer son discernement et comme je ne suis pas canal moi-même, pas la peine de dire quoi que ce soit; ceux qui sont intéressés sont déjà connectés), au sujet d’Amma et de la relation au maître spirituel (mais ça s’est transformé en livre), au sujet de l’ouverture du cœur que je ressens de plus en plus en moi et chez les autres…

C’est au delà des mots. Ça se passe secrètement, dans le silence de la méditation ou la joie des chants dévotionnels, dans la nature ou au bureau, lors d’une longue marche ou juchée sur un vélo à fond la caisse un matin d’été

Pour ensuite se déployer dans tous les instants du jour. Qu’en dire si ce n’est que lorsque l’on ressent cet amour immense en soi on se sent à sa place, en paix avec soi-même et le monde.

Enfin le mental nous laisse tranquille et pendant quelques instants, c’est à notre véritable nature que nous goûtons.

Ces articles vous intéresseront peut-être également: Rester assis en soi, La vie intérieure, Tempête et calme, Un autel chez soi, Retraites

Tempête et calme

Je sais que de nombreuses personnes souffrent de ce confinement prolongé. Les appartements trop petits, les tensions familiales, les proches malades, en réanimation, les pertes d’emplois ou le trop de travail, les exodes dans certains pays, avec au ventre la peur de manquer de nourriture. J’ai pleuré devant les images des milliers d’Indiens tentant de fuir les bidonvilles des grandes villes pour aller se réfugier à la campagne, devant parfois marcher jusqu’à plusieurs centaines de kilomètres pour rejoindre leurs proches. J’ai lu des témoignages de détresse des quatre coins du monde. Quand les états ne sont pas très organisés, quand les structures de service public sont défaillantes, le confinement devient une épreuve insurmontable. Certains pays d’Afrique ont même renoncé à tout confinement : comment en effet confiner des familles entières dans des maisons de tôle, quand bien même ces maisons existeraient. Ils préfèrent s’en remettre au karma, à la volonté divine…

dav

Mais j’ai aussi vu les images des dauphins près de Venise, des animaux qui se baladent en toute tranquillité dans les rues des villes et des villages, se prélassant au beau milieu de la chaussée, les milliers de tortues qui pondent tout le jour sur la côte est de l’Inde, les chaînes de montagnes se dévoilant pour la première fois depuis des décennies devant les yeux ébahis des habitants qui ne savaient même plus qu’elles étaient là, toutes proches.

J’ai aussi senti l’odeur fraîche et campagnarde de l’air le matin en ouvrant les fenêtres alors que nous habitons en ville, j’ai vu le ciel complètement bleu, sans les stries habituelles laissées par les avions, j’ai entendu les oiseaux qui semblaient redoubler de joie car leur terrain de jeux s’est étendu (les chasseurs ne chassent plus, les parcs et jardins ont retrouvé un calme olympien).

J’ai aussi senti le calme et la paix. Fermés les stades, les bars et les boites, les lieux où s’échangent des énergies basses. Fini le bruit incessant de la circulation, des klaxons, des sirènes. Terminée cette agitation parfois stérile qui nous a tous contaminés en occident ; cette volonté de mobilité frénétique, pour trop souvent s’échapper de soi-même, cette attention constamment attirée vers l’extérieur, le divertissant et le stimulant. Pour ceux qui ont une tendance à l’introspection et qui ont l’habitude d’une vie plus lente, cette période peut être bénie, surtout si comme moi, on a, selon toute vraisemblance et d’après les médecins (mais on ne saura sans doute jamais vu tout le cirque autour des tests, mais c’est une autre histoire…) attrapé le virus d’entrée de jeu, fin février, avant que l’épidémie ne s’étende vraiment dans notre pays.

C’est en cette période de confinement que j’ai vraiment encore vu toute la valeur qui réside dans le fait d’avoir une pratique spirituelle régulière : méditation, récitations de mantras, chants dévotionnels, lectures de livres spirituels, yoga… Même confiné, même malade, tant qu’il nous reste un peu de conscience, il est toujours possible de pratiquer ! Les disciples d’Amma ont régulièrement posté des enseignements en ligne, nous permettant tous de rester ancrés dans nos pratiques et de nous relier les uns aux autres, alors que nous sommes tous dispersés de par le monde. Je sais que de nombreux mouvements spirituels et religieux ont déployé toutes sortes de moyens pour soutenir leurs fidèles et c’est vraiment une bénédiction que d’avoir cette dimension verticale dans nos vies, maintenant et en tout temps. Pour beaucoup d’entre nous, cette période nous aura permis de nous confronter aux questions essentielles, peut-être pour la première fois. Je forme le vœu que nous les oublions pas une fois le confinement levé!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des symptômes très inhabituels (on se connaît après plus de 40 ans dans la même enveloppe !), une agueusie sans nez bouché, de la fièvre et un manque d’énergie comme je n’en ai jamais connu, une toux qui a duré presque un mois et qui a fini par me déplacer une côte. Bref, quand le confinement a été décidé, mon mari et mon père de plus de 75 ans avaient déjà été contaminés, sans gravité heureusement.

Inspirations – PSYCHOLOGIE

En ces temps troublés qui nous mettent vraiment face à nous-mêmes, voici quelques sources d’inspirations qui, je l’espère, pourront vous aider à y voir plus clair en vous, en l’autre…

J’ai recommencé à vraiment m’intéresser à nouveau à la psychologie il y a un peu plus de deux ans, quand j’ai décidé de reprendre une thérapie. Pour ce nouvel élan de travail sur moi, j’avais décidé d’aller voir un thérapeute gestalt sur les conseils d’une amie elle-même thérapeute. J’ai bien aimé son approche qui me semblait être en dehors des sentiers battus par rapport à d’autres approches psychothérapeutiques que j’avais pu expérimenter.

Malgré tout, je me suis sentie assez rapidement frustrée : combien de fois allais-je encore devoir raconter mon histoire, analyser les schémas familiaux, « parler de moi » ? J’ai décidé d’arrêter au bout de quelques mois le jour où un incendie s’est déclaré dans les caves de l’immeuble de mon psy, juste au moment où j’arrivais pour mon RDV. Il y avait de la fumée partout, les pompiers sont arrivés, je n’ai pas pu monter jusqu’au 14e étage où se trouvait son cabinet.

Bref, j’ai décidé d’explorer d’autres voies qui m’ont menée vers des pistes qui ont tout changé pour moi. Voici quelques inspirations qui m’ont beaucoup aidée dans ce domaine :

Sheryl Paul / Conscious transitions

Celleux qui connaissent mon blog depuis quelque temps le savent peut-être, mais l’anxiété est l’un de mes plus grands problèmes. Même si j’ai essayé beaucoup de choses au fil des ans, elle m’a gâché la vie pendant des décennies… et c’est aujourd’hui beaucoup moins le cas, en grande partie grâce au travail de cette femme extraordinaire qu’est Sheryl Paul.

Je me souviens encore du jour de septembre 2018 où j’ai découvert son site et surtout son blog. Après avoir lu et compulsé un nombre incalculable de ses textes, et m’être exclamée intérieurement un nombre incalculable de fois : « Mais c’est complètement ça ! », je me suis inscrite à sa formation en ligne intitulée « Relationship anxiety ». Ce thème m’est apparu comme étant d’une façon centrale à ma problématique : en couple depuis 10 ans, mariée depuis 2, je passais encore par des phases horribles de doute profond quant à notre relation de couple alors que « tout allait bien ». Bref, quand elle parlait « d’intrusive thoughts », de pensées intrusives récurrentes, je voyais tout à fait à quoi elle faisait référence. Quand j’ai reçu les liens vers les textes, vidéos, listes de lectures, enregistrements de témoignages, je me suis jetée dessus avec avidité. Tout me parlait tellement, tout m’apportait des réponses, tout m’a guérie de cette problématique très spécifique qui apparaît souvent chez les hypersensibles avec peu d’estime de soi.

Bref, ami.e.s angoissées, « hypersensibles sur le spectre créatif/spirituel », doutant d’elles-mêmes, allez faire un tour chez Sheryl ! Au printemps 2019, elle a sorti un livre magnifique intitulé The Wisdom of Anxiety. Je pense que sa lecture est indispensable pour toutes celleux qui souffrent d’anxiété. Suite à la sortie de son livre, elle a ouvert un compte IG (wisdomofanxiety) qui récapitule son enseignement et qui est très riche également. Son message est rempli de compassion et sera, j’en suis sûre, d’un grand secours en cette période troublée.

Début_mars

Nicole DePera / The Holistic Psychologist

C’est grâce au compte de Sheryl Paul que j’ai découvert celui de the.holistic.psychologist et sa chaîne YT. Avec plus 1,9 million d’abonné.e.s, il semblerait que nous soyons nombreux.ses à être touché.e.s par son approche ! Je suis profondément convaincue qu’on tombe toujours sur les enseignements et l’aide dont on a besoin au bon moment si l’on prend la peine de la cherche et que l’on demeure ouvert. C’est au moment où j’ai décidé de couper les ponts avec ma mère bipolaire il y a quelques mois, après plus de 25 ans de relations conflictuelles que j’ai découvert ce compte. Étant elle-même dans une situation familiale similaire, elle y parle beaucoup des limites que l’on se doit de poser pour aller mieux face à des proches difficiles, des « trauma bonds » que nous entretenons avec les autres souvent sans en être conscient, de l’importance de se « reparenter » quand nos parents ont été défaillants… Ses messages et ses vidéos sur sa chaîne YT sont concis et profonds. Elle m’a vraiment aidée à sortir de la culpabilité constante. Quand on est pris dans l’horrible triangle victime-bourreau-sauveur (triangle de Karpman) depuis l’enfance, on ne sait plus ce qui est « normal », ce qui relève de l’autre adulte, ce qui relève de nous. Bref, elle m’a vraiment aidé à remettre les choses en perspective et je sais aussi que son Future-self journal, disponible gratuitement depuis son site, aide énormément de personnes à créer une vie plus équilibrée, plus en accord avec eux-mêmes, dans le respect de soi et des autres. L’un des ouvrages classiques qu’elle recommande, « Adult children of emotionnally Immature Parents » de Lindsay C. Gibson, m’a réellement ouvert les yeux sur la dynamique familiale dans laquelle j’ai grandi.

PS: en mars 2021, elle a sorti son livre How to do the work. Aussitôt sorti, aussitôt acheté, aussitôt lu et aussitôt (partiellement) déçue. Je pense que j’ai presque plus appris avec ses posts Instagram dont certains ont été tellement percutants pour moi qu’ils m’ont littéralement ouvert des portes inconnues. Son livre est une bonne introduction à plein de concepts comme la théorie polyvagale, mais comme j’avais déjà lu et écouté pas mal sur le sujet, je n’ai finalement pas appris grand chose.

Isabelle Padovani / Au Cœur du Vivant

J’avais déjà parlé d’Isabelle Padovani* ici lorsque je m’étais prise de passion pour la CNV. Il s’agit encore une fois d’une approche spirituelle de la psychologie qui nous permet de mieux nous connaître, de mieux comprendre nos propres fonctionnements, pour mieux comprendre les autres, afin de créer une société et un monde plus paisible et joyeux. « Un être pacifié est un être pacifiant », comme le dit Thomas d’Ansembourg, qui est lui aussi un spécialiste de la CNV. Je ne vais pas détailler ici tout ce que j’ai appris avec Isabelle Padovani, mais vous invite à aller voir sur sa chaîne Youtube. Il y a plein de vidéos qui traitent de sujets et de situations très concrètes et surtout qui donnent des clés de transformation qui sont abordables et avec lesquelles on peut commencer à s’entraîner (car il s’agit d’apprendre à faire et à être différemment) tout de suite. En effet, l’écoute de soi, l’écoute de l’autre, ce n’est pas inné. Ça s’apprend, et malheureusement pas encore à l’école…. Pourtant je suis persuadée que les liens entre les personnes pourraient grandement se pacifier en une seule génération si l’éducation s’emparait de ces sujets… mais je m’égare…

Et vous invite à aller explorer ces merveilleuses ressources pour plus d’équilibre et moins de stress, de même que d’autres comptes IG qui me touchent également comme celui de risingwoman sur les relations de couples conscientes ou encore sitwithit qui remet bien les choses en perspective quand on est pris dans la confusion de dynamiques relationnelles défaillantes.

Encore une fois, bonnes découvertes !

D’autres inspirations en NATUROPATHE et en AYURVEDA

* Isabelle Padovani (à compter de l’automne 2020 et l’annonce de sa transition, c’est Isâ Padovani) a récemment publié « Au cœur du Vivant – 140 graines de conscience pour une vie plus éveillée« . Comme j’aime beaucoup son approche très concrète, je pense me le procurer bientôt…