Archives pour la catégorie spiritualité

Déconnecté.e.s

L’autre jour sur Instagram je suis tombée sur un article d’une blogueuse qui racontait quelles solutions elle avait mises en place pour penser à boire plus d’eau. Oublier de boire de l’eau lorsqu’on en est soi-même constitué à plus de 70 % en tant qu’organisme vivant de la planète Terre, ça m’étonne toujours (même si je sais que c’est fréquent), mais quand j’ai lu qu’elle avait pensé à s’acheter une « gourde connectée », les bras m’en sont tombés. Je ne savais même pas que ça existait.

Une gourde connectée ?? avec rappels d’hydratation envoyés directement sur notre téléphone (puisque lui, c’est bien connu, on l’a toujours sous la main et on ne l’oublie jamais) ? Une gourde connectée qui « calcule et ajuste votre objectif d’hydratation personnalisé en fonction de votre corps et de votre niveau d’activité » ?? Tout ça pour ensuite envoyer les données collectées aux géants de la tech américains via l’appli qui va bien… Ça me désole. J’ai l’impression que l’on robotise toujours plus notre rapport avec notre corps, qu’on cherche à l’optimiser comme une machine à qui l’on demande de ne jamais être en panne et qu’on huile pour notre propre profit.

Et puis cela représente encore un autre fil à la patte. À mes yeux une autre preuve du niveau de déconnexion d’avec notre propre corps auquel on est collectivement arrivés. C’est juste qu’« on oublie de boire » me dira-t-on. Comment est-ce possible ? Je veux bien que dans certaines circonstances spécifiques cela puisse arriver, mais si c’est un état de fait constant, c’est qu’on ne vit plus dans son corps, mais dans sa tête, c’est-à-dire dans son mental. On n’est plus véritablement incarnés. Le corps devient comme une masse encombrante qu’on s’efforce d’oublier, dont on réprime les besoins (combien de femmes souffrent de cystites récidivantes car elles passent leur temps à se retenir), dont on enfouit les tourments avec des comprimés anti-inflammatoires (sans jamais avoir le courage d’aller voir ce qui se cache sous ces douleurs, ces contractures, ces spasmes) ?

C’est qu’on ne lui fait plus confiance à ce corps. Pollué et stressé comme nous sommes, comment pourrait-on encore avoir accès à sa sagesse intrinsèque ? Nous ne voulons plus l’écouter mais nous voulons qu’il fonctionne parfaitement, qu’il ne nous embarrasse pas. Alors qu’on est en « bonne santé », on préfère se faire injecter une solution expérimentale contre une maladie qui ne tue que les personnes âgées et/ou affaiblies (comme la plupart des maladies virales, ce n’est pas une découverte récente), au lieu de prendre ses responsabilités et de prendre soin de son corps. L’essor des maladies chroniques dites de « civilisation » ne sont que le signe de cet état de déconnexion de plus en plus profond.

Ces maladies sont une façon qu’a le corps de se rappeler à nous, de nous dire de s’occuper de lui, de chercher à le comprendre et à le respecter. Nous ne vivons plus en amitié avec nous-même. Déconnectés que nous sommes de nous-mêmes, nous cherchons des solutions à l’extérieur, nous obéissons à des recommandations sans chercher à savoir qui les dicte et dans quelle perspective, nous faisons confiance aveuglément à ce que les médias nous disent, car nous ne sommes plus en contact avec notre boussole intérieure. Ceux qui cherchent à nous manipuler ou tout au moins à nous imposer des choses en fonction de leurs propres intérêts le savent bien que nous sommes déconnectés. De plus de plus : accros aux séries du Netflix, à notre portable, au café et à la clope, voire aux médicaments, aux likes des réseaux sociaux….

Nous nous sommes externalisés. Et c’est dans cette brèche savamment entretenue que les injonctions et les injections s’infiltrent. Pourtant, la langue française ne manque pas d’expression qui nous rappellent que notre corps possède une sagesse intrinsèque intuitive à laquelle il devient urgent, à mon sens, de se reconnecter si on ne veut pas collectivement se laisser mener par le bout du nez…

Utiliser des affirmations positives

Ça fait longtemps que je lis des livres de spiritualité, souvent par des auteur.e.s qui sont rattaché.e.s à des traditions spirituelles bien établies comme le bouddhisme ou l’hindouisme. Je n’ai que très peu abordé la galaxie « new age », jusqu’à récemment. Sans a priori négatif (après tout je suis ascendant verseau), l’image que je m’en suis longtemps faite c’est celle d’une nébuleuse qui regroupe cristaux, rayons cosmiques colorés, canalisations, archanges, « théories quantiques » diverses et variées, loi de l’attraction, orgonites, pouvoir de l’intention, etc.

Et puis la crise actuelle a débuté et j’ai commencé à écouter des personnes qui « canalisent » sur YouTube. Il y a un peu de tout et je n’ai gardé qu’un petit groupe de 3 ou 4 personnes que j’aime bien écouter de temps à autre. Dans l’angoisse et la peur engendrées actuellement par le discours officiel et les médias conventionnels, ça me fait du bien, ça me donne du courage, ça me fait découvrir de nouveaux aspects de la spiritualité. Et c’est comme ça que j’ai commencé à pratiquer quotidiennement des affirmations positives.

Bien sûr, je savais qu’il y avait des adeptes de ce genre de pratiques, mais je n’en ressentais aucun bénéfice quand je m’y essayais. Je me trouvais bête de me dire à moi-même « Je suis parfaitement calme » par exemple, alors que ce n’était absolument pas le cas. C’est que mon terrain était encore trop imbibé de stress et d’angoisse. Un rien semblait pouvoir me déséquilibrer. Depuis quelque temps, grâce à plusieurs modalités, dont la somatothérapie (une merveilleuse découverte de cette année aussi), je sens que mon corps et donc mon mental (car la communication va bien évidemment dans les deux sens) parvient à conserver un état de calme relatif beaucoup plus facilement qu’auparavant.

Depuis quelque temps, en débutant ma méditation du matin, je m’essaie donc aux affirmations positives et j’ai le plaisir et la joie de constater que leur effet est quasiment immédiat sur mon corps, sur mon mental. C’est que nous sommes constitués de 70 % d’eau environ et que depuis les travaux de Masaru Emoto sur la mémoire de l’eau, nous savons que notre intention, nos paroles, les sons, la musique peuvent la « programmer », négativement ou positivement. Cet effet est mesurable et si vous ne connaissez pas, je vous encourage vivement à aller regarder les documentaires disponibles sur ce sujet. C’est absolument fascinant et ça ouvre des perspectives très intéressantes dans les domaines de la santé et de la spiritualité.

Contrairement à la méthode Coué à laquelle on fait souvent référence avec un petit rire sarcastique, les affirmations positives ne nient pas l’état dans lequel on se trouve, en essayant de changer notre point de vue par la seule force du mental. Au contraire, il s’agit à mes yeux d’entrer en profonde résonance intérieure, il s’agit de réconcilier le corps et l’esprit dans une même harmonie bienfaisante, créatrice de cohérence et donc de santé globale (physique et émotionnelle).

J’aime tout particulièrement les affirmations suivantes, qui sont pourtant très basiques, mais plus le message est simple et direct, mieux ça vaut : « Je suis parfaitement calme », « Je suis en parfaite santé », mais aussi « Je suis remplie de lumière divine », « Je fais confiance »… L’idée est de se visualiser en même temps comme si nous avions déjà atteint l’état visé dans l’affirmation.

A force de les pratiquer quotidiennement, les affirmations « reprogramment » notre subconscient et nos cellules, les amenant progressivement à vibrer de plus en plus haut. Ces pensées positives peuvent réorienter nos circuits neuronaux dans des directions plus porteuses, qui finiront par avoir un impact global sur notre vie et nos relations, par le biais cette fois du pouvoir de l’attraction. La qualité de notre vibration détermine en effet la qualité de notre vie.

J’ai bien l’impression qu’au vu de l’époque que nous traversons à l’heure actuelle, les affirmations positives représentent un outil simple, gratuit et efficace dont nous pouvons tous.tes bénéficier…

Et vous, connaissez-vous cette pratique ? Utilisez-vous des affirmations positives ?… Au plaisir de vous lire !

Un itinéraire avec Amma – livre-témoignage

Après des mois d’écriture où je me suis sentie portée par la grâce et des semaines de montagnes russes émotionnelles liées aux questions de mise en page, IBSN, dépôt légal, corrections, etc. dont on doit s’occuper soi-même quand on choisit l’auto-édition – et ce sera sans doute l’objet d’un article prochain -, le livre dont j’avais fait une mention rapide par ici est à présent disponible en ligne:

https://www.thebookedition.com/fr/un-itineraire-avec-amma-p-381021.html

Celles et ceux qui ont déjà rencontré Amma (Shri Mata Amritanandamayi Devi) y retrouveront plein de moments bénis, que ce soit en France ou en Inde, dans son ashram d’Amritapuri dans le Kérala ou lors des tours de l’Inde, les autres découvriront peut-être plein de choses sur le chemin spirituel tel qu’il peut être vécu aujourd’hui, quand on est occidentale et qu’on vit « dans le monde ».

Tous les bénéfices sont reversés à ETW, l’association caritative internationale d’Amma, qui œuvre dans le monde entier.

Une version en anglais est disponible sous le titre My Journey with Amma, ici.


Vortex

sdr

Des mois que je n’ai pas écrit quoi que ce soit ici. Ces dernières semaines, j’ai eu l’impression d’être prise dans un vortex spacio-temporel. L’impression que le temps s’accélère, que ce qui avait de l’importance hier n’en a plus aujourd’hui, que le monde entier est emporté dans un souffle global qui le dépasse, que chacun cherche à se raccrocher à ses identités illusoires et en même temps, à s’en libérer.

Il y a peur et lumière, anxiété et amour.

Des projets articles tournent dans ma tête. J’ai pensé écrire au sujet de notre petit jardin qui ne nous apporte que du bonheur (oui, un véritable cliché mais les jardiniers sauront à quoi je fais référence, c’est incroyable ce qui peut se passer dans 100 m2, à tous les niveaux), au sujet des masques et du coronaV (mais il y a tellement de cacophonie médiatico-réseausocialesque que ça ne me donne pas envie d’en rajouter), au sujet des énergéticien.nes/médiums et autres canals sur lesquels je me suis bien branchée depuis le début de l’année (mais là encore, il faut exercer son discernement et comme je ne suis pas canal moi-même, pas la peine de dire quoi que ce soit; ceux qui sont intéressés sont déjà connectés), au sujet d’Amma et de la relation au maître spirituel (mais ça s’est transformé en livre), au sujet de l’ouverture du cœur que je ressens de plus en plus en moi et chez les autres…

C’est au delà des mots. Ça se passe secrètement, dans le silence de la méditation ou la joie des chants dévotionnels, dans la nature ou au bureau, lors d’une longue marche ou juchée sur un vélo à fond la caisse un matin d’été

Pour ensuite se déployer dans tous les instants du jour. Qu’en dire si ce n’est que lorsque l’on ressent cet amour immense en soi on se sent à sa place, en paix avec soi-même et le monde.

Enfin le mental nous laisse tranquille et pendant quelques instants, c’est à notre véritable nature que nous goûtons.

Ces articles vous intéresseront peut-être également: Rester assis en soi, La vie intérieure, Tempête et calme, Un autel chez soi, Retraites