Archives pour la catégorie uncategorized

Se faire vacciner ?

Je suis littéralement sidérée par ce qui se passe actuellement autour des vaccins. Mais je me rends surtout compte du gouffre profond qui me sépare de ceux qui choisissent, alors qu’ils n’ont aucune « comorbidité », n’ont pas 50 ans, ni même 40 ni même 30, de se faire vacciner avec des produits développés à la va-vite selon un protocole totalement expérimental, contre une maladie dont les formes graves touchent principalement des personnes âgées et déjà fragilisées par l’âge ou des pathologies diverses.

Je m’intéresse à la médecine et à la naturopathie depuis plus de 15 ans et j’ai suivi et terminé un cursus en ayurveda avec le Dr Vasant Lad et un autre en naturopathie avec Robert Masson il y a quelques années. Je suis au courant depuis très longtemps de la corruption systémique du monde médical, qui s’est transformé au fil des décennies non pas en industrie de la santé mais en industrie de la maladie. Comment concevoir que les plus grands groupes pharmaceutiques soient côtés en bourse, réécrivent les définitions des vaccins comme c’est le cas aujourd’hui, développent une ingénierie sociale si incroyable qu’elle incite même des personnes en pleine santé, et donc dotées d’un système immunitaire performant à se précipiter dans les « vaccinodrômes » pour recevoir la fameuse piqûre, qui malheureusement, contrairement à ce que disent la plupart des médias conventionnels, ne les protègera pas du virus, pas plus qu’elles ne protègeront par ce biais « leurs proches » ou « les autres »…  Ces injections peuvent même renforcer la possibilité de développer une forme grave (merci les anticorps facilitateurs, ADE en anglais pour celles et ceux que ça intéresserait).

Je n’en peux plus de voir sur IG ou FB des photos de personnes se faisant vacciner, clamant « leur gratitude » en se posant en modèle de vertu, faisant passer ainsi ceux qui ne souhaitent pas être des cobayes (la phase 3 de test à grande échelle de ces vaccins se déroule sous nos yeux, en ce moment, dans la population générale que ça ne semble pas déranger plus que ça) pour des ingrats, des dangers publics, voire des tueurs en série potentiels. Je n’en peux plus de voir des messages d’alerte des GAFAM dès qu’on souhaite visionner une vidéo qui pose des questions. Toute personne qui se pose des questions à l’heure actuelle est forcément complotiste, forcément d’extrême-droite, forcément à réduire au silence et à abattre. On ne parle plus nulle part de notre immunité naturelle, de ce qu’on peut faire pour la renforcer ; parler de l’immunité, c’est complotiste.

De plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer le fait que la vaccination est présentée comme l’unique possibilité de sortir de cette pandémie, quand tout a été fait pour interdire des traitements pharmaceutiques mais aussi naturels qui ont fait leurs preuves dans d’autres parties du monde moins soumises à Big Pharma. Les « vaccins » à l’ARN messager que tout le monde autour de moi semble vouloir se faire injecter dans le corps sont en réalité de la thérapie génique.  A mon avis, dans quelques années, on va voir le nombre de maladies auto-immunes flamber partout où ceux-ci auront été utilisés en masse. Mais ce n’est pas grave, car alors, les labos qui les ont produits auront des médicaments à proposer. Quand je pense qu’on parle à présent de vacciner les enfants après les avoir masqués dès 6 ans… Je suis parfois vraiment attristée par ce qui se passe.

Ces personnes n’ont donc jamais écouté une vidéo du Pr Raoult, décrié sur les chaines conventionnelles, mais dont les études portent sur des cas cliniques et non pas sur des données agrégées par les labos sorties dont on ne sait où ; n’ont jamais écouté le Docteur Edouard Broussalian, éminent homéopathe ayant travaillé en médecine d’urgence dans de nombreuses zones difficiles avec d’incroyables succès thérapeutiques et dont l’approche globale de la santé est fascinante ; n’ont jamais écouté Jean-Dominique Michel, anthropologue de renom qui nous explique depuis des mois comment s’est mise en marche l’ingénierie sociale dans laquelle nous sommes tous embourbés en Europe de l’Ouest et aux États-Unis ?; n’ont jamais écouté les vidéos, interventions, interview du Docteur Louis Fouché ou Slobodan Despot, qui mettent toute cette pandémie en perspective ?

Bref. Je m’arrête là.

Voici quelques liens qui, s’ils sont toujours disponibles à l’heure où vous lirez ces lignes, vous permettront d’aborder une autre perspective sur ce qui se joue en ce moment :

https://www.francesoir.fr/opinions-tribunes/moins-de-50-ans-quels-sont-vos-risques-avec-les-vaccins-covid19-utilises-en-france#disqus_thread

Santé intégrative de terrain avec le Dr Edouard Broussalian (homéopathie)

Conférences vraiment très secrètes Mars 2021 Jean Dominique Michel

Rencontre avec Louis Fouché.

Le jour où j’ai vu un OVNI

L’autre jour, avant l’aube, j’étais devant ma fenêtre ouverte à faire mes exercices énergétiques. C’est une habitude que j’ai depuis des années : quelle que soit la météo, j’ouvre grand la fenêtre et je bouge et je respire et je regarde le ciel. Parfois la lune me regarde en retour, le plus souvent ce sont quelques étoiles. Côté jardin, il n’y a pas trop de pollution lumineuse et on peut parfois arriver à se perdre dans l’immensité du cosmos.

J’étais donc toute à mon affaire quand soudain j’ai vu passer dans l’embrasure de la fenêtre comme un bandeau lumineux dans le ciel. Je me suis précipitée pour mieux voir. C’était comme une bande de lumières led très douces réparties de façon irrégulière, qui se dirigeait du nord-ouest vers le sud-est. Les lumières n’étaient ni aveuglantes ni clignotantes. Certaines lumières semblaient plus petites que d’autres. Elles étaient toutes de la même couleur : un blanc un peu cassé très doux.

Il n’y avait aucun bruit. Juste un doux glissement dans le ciel obscur. Quelques secondes d’éternité pendant lesquelles toutes sortes de sentiments se bousculaient en moi…

Puis c’est passé au-dessus de la maison et je suis allée ouvrir le velux côté rue. J’ai réveillé mon mari qui a mis un peu de temps à venir, et j’ai pointé dans la direction de la bande lumineuse que je voyais toujours se déplacer, à vitesse égale.

Malheureusement les lumières des réverbères ont rapidement atténué sa luminosité et encore pris dans les brumes du sommeil, mon mari n’a rien vu et le train de lumières a fini par se fondre dans celle des lampadaires. Tout cela n’a pas duré bien longtemps, 1 à 3 minutes tout au plus.

J’étais surexcitée. Ces lumières inconnues dans le ciel. Oui, c’était quelque chose que je n’avais jamais vu. Un OVNI donc, en tout cas pour moi. Ni une ni deux, animée par une intense trépidation intérieure, je commençai à rédiger un témoignage pour le site du Geipan qui recueille des observations de toutes sortes sur les « phénomènes inexpliqués ». En parallèle, mon mari à qui j’avais décrit l’occurrence en détails faisait des recherches sur internet et…

Ce que j’avais vu c’était un des trains de satellites Starlink que notre cher E. Musk a commencé à lancer en orbite en 2019. J’ai ainsi découvert qu’il y avait des sites entiers qui recensaient les apparitions de la structure, et même des applications spécifiques ! En effet, en fonction de sa position, de la météo et du moment de l’année, cette structure reflète plus ou moins la lumière du soleil et est donc plus ou moins visible…

J’étais partagée entre ma déception, mon énervement face aux lubies des milliardaires qui font ce qu’ils veulent de notre planète et de l’espace autour d’elle, quitte à en faire un dépotoir à plus ou moins long terme, et le souvenir de ces quelques instants magiques pendant lesquels j’ai vraiment eu l’impression d’être en présence de l’inconnu… Ascendant Verseau, anyone ?

Dépression estivale

Beaucoup attendent cette saison avec impatience : du soleil, de la chaleur, du temps libre, moins de travail, les barbecues et les piscines, des visites à droite à gauche, les vacances, etc.

Je dois cependant admettre que ce n’est pas mon cas. L’été fait émerger en moi un sentiment d’oppression et de solitude qui me rappelle immanquablement mon enfance pendant laquelle cette saison me semblait déjà interminable. Pas de frères et sœurs ni de cousins avec qui partager de bons moments, d’un côté des grands-parents qui vivaient en appartement pas loin de chez nous et donc chez qui je ne séjournais pas, de l’autre une grand-mère acariâtre à 300 km avec qui ont se sentait obligés de passer quelques jours (difficiles) dans sa cité HLM. Mes parents profs n’ont jamais pensé m’envoyer en colo ou en séjour avec d’autres enfants (allez savoir pourquoi) ; bref, deux mois de solitude que j’ai principalement passés à regarder la télé toute la journée en mangeant des saloperies. Autant dire que je n’ai aucune nostalgie de mes étés d’enfance (ce qui finalement est peut-être une chance, d’ailleurs) !

dav

Plus tard, j’étais toujours celle qui restait avec joie au travail au mois d’août pendant que les autres partaient en vacances. J’aimais le rythme plus lent de la semaine, Paris désert et livré aux touristes, même si déjà la pollution ambiante me donnait de sérieux maux de tête. Souvent déjà de retour en juin, je profitais de la capitale et de tout ce qu’elle a à offrir pendant la belle saison.

Aujourd’hui, nous partons souvent en août (surtout avec l’espoir d’un temps sec pour nos randos montagnardes et puis ça fait diversion), mais j’ai quand même cette même sensation de lourdeur dans le cœur à l’approche de l’été et elle ne me quitte guère pendant deux mois. C’est souvent avec soulagement que je vois approcher la fin du mois d’août qui est clairement le pire mois de l’année à mes yeux.

Le petit bélier que je suis se trouve frustré par ce qu’il ressent comme étant de l’apathie et de la déliquescence généralisée ; la foule me fatigue, les centaines de kilomètres d’embouteillages me sidèrent, la chaleur me fait monter pitta (ce qui ne vas pas aller en s’arrangeant avec les canicules qui se répètent) et je sens en parallèle la nature qui souffre d’un trop plein de soleil et de sécheresse. Les fleurs sont pour beaucoup fanées, les pelouses réduites à l’état de paillasson, les champs fauchés. L’automne se fait sentir en sous-couche avec les feuilles de certains arbres qui commencent déjà à tomber et les jours qui raccourcissent sensiblement. Une fois passé août, la fin de l’année pointe déjà la pointe de son nez !

Décidément, l’été n’est vraiment pas ma saison. Vivement la rentrée et les pluies de l’automne !

Inde du Sud

Écoles peuplées de singes, moments d’éternité au bord de la rivière ou en regardant le coucher de soleil, temples peints de rayures blanches et rouges, poubelles en forme de lapins ou de pingouins (mais qui a eu cette idée ???), bruit du vent dans les palmes des cocotiers et quiétude des backwaters… Du Kerala au Tamil Nadu, quelques souvenirs de l’ambiance de l’Inde du Sud.