Archives pour la catégorie voyages

Jardins extraordinaires

Ce n’est que très rarement que je vais me promener « en ville », mais il y a un coin que je trouve irrésistible à Nantes, c’est la butte Sainte-Anne, surtout depuis l’aménagement du Jardin extraordinaire et de la promenade des Belvédères.

Comment décrire les sentiments qui se bousculent en moi quand je m’y promène ? Passé les grilles d’entrée du Jardin extraordinaire, me voici dans une mini-bambouseraie. Le temps est venteux et le son des cannes qui s’entrechoquent au-dessus de ma tête. Soudain, je suis quelque part très loin, en Chine ou au Japon.

Quelques dizaines de mètres plus tard, c’est au pied de la cascade qui tombe du sommet de la falaise que me voilà avec l’impression d’avoir été télétransportée au Brésil (ou plutôt l’idée que je m’en fais puisque je n’y suis jamais allée). Les plantes exotiques, le bruit de la cascade, l’odeur de la terre humide.

Une fois gravi le grand escalier qui grimpe vers le magnifique square Marcel Schwob, voici que s’étend sous mes yeux une vue splendide jusqu’à la Loire, Rezé et sa cité radieuse (qui n’en porte malheureusement que le nom)… L’odeur du chèvrefeuille est ensorcelante. Je continue jusqu’au musée Jules Verne dont l’imagination débordante a inspiré la création du Jardin extraordinaire. La statue de Saint-Anne, sainte patronne de la Bretagne et protectrice des marins, est là, hiératique.

Je reviens sur mes pas, longe la falaise, toujours parmi un foisonnement de fleurs et d’arbustes tous plus beaux les uns que les autres. Il a beaucoup plus depuis quelques semaines et la nature est à la fête. Rien à battre du Covid. Elle continue d’offrir sa beauté au monde.

Je rejoins un autre des promontoires qui offre cette fois une vue magnifique sur le jardin en contre-bas. Celui ne sera complet que lorsque l’Arbre aux hérons sera installé. On ne sait pas trop quand cela se fera tant ce projet est fou.

Après quelques pas dans des ruelles bordées de maisons de ville d’un calme olympien, me voici au jardin des Oblates. Un bijou encore méconnu. Après les jeux pour enfants, voici les jardins familiaux, toutes petites parcelles potagères et fleuries toutes plus réjouissantes les unes que les autres. Les bouraches, les œillets d’Inde, les rosiers et les pois de senteurs sont tous de sortie, de même que les premières fraises. La terre est riche, les légumes dodus.

Un peu plus loin, c’est au tour des grands arbres de nous accompagner. Le jardin, plein sud, est en pente et descend lui aussi vers la Loire. Il a longtemps appartenu à une congrégation de sœurs qui a fini par en céder une grande partie à la Ville il y a quelques années. Je m’enfonce toujours plus loin dans ce jardin aux multiples facettes et j’arrive enfin au jardin nimbé de silence. C’est comme cela qu’il m’apparaît. Cette partie du jardin est juste en face du magnifique bâtiment reconverti en maison de retraite où vivent encore les sœurs. Arbres majestueux, allées rectilignes invitant à la contemplation sous les frondaisons, présence de la Vierge dont les statues sont décorées de quelques fleurs… Quelques instants hors du temps.

Retour ensuite par la « prairie aux moutons ». Soudain les odeurs de la campagne me saisissent. Des moutons à l’épaisse toison et aux cornes vernissées broutent les hautes herbes grasses à en perdre haleine. Le soleil brille haut dans un ciel garni de gros nuages joufflus qui passent à toute vitesse. Quelques minutes sur un banc. Devant mes yeux, la prairie entourée de grands arbres et de murs de pierre qui descend toujours vers le sud. Au loin, la Loire, toujours elle, et le petit port de Trentemoult avec ses bateaux qui attendent patiemment d’aller faire un tour.

Voici deux heures de vagabondage régénérantes ou comment voyager sans partir loin…

Si vous avez aimé, voici d’autres vagabondages:

Un itinéraire avec Amma – livre-témoignage

Après des mois d’écriture où je me suis sentie portée par la grâce et des semaines de montagnes russes émotionnelles liées aux questions de mise en page, IBSN, dépôt légal, corrections, etc. dont on doit s’occuper soi-même quand on choisit l’auto-édition – et ce sera sans doute l’objet d’un article prochain -, le livre dont j’avais fait une mention rapide par ici est à présent disponible en ligne:

https://www.thebookedition.com/fr/un-itineraire-avec-amma-p-381021.html

Celles et ceux qui ont déjà rencontré Amma (Shri Mata Amritanandamayi Devi) y retrouveront plein de moments bénis, que ce soit en France ou en Inde, dans son ashram d’Amritapuri dans le Kérala ou lors des tours de l’Inde, les autres découvriront peut-être plein de choses sur le chemin spirituel tel qu’il peut être vécu aujourd’hui, quand on est occidentale et qu’on vit « dans le monde ».

Tous les bénéfices sont reversés à ETW, l’association caritative internationale d’Amma, qui œuvre dans le monde entier.


Voyage à l’ancienne

Longtemps j’ai envié les personnes qui avaient découvert l’Asie et en particulier l’Inde dans les années 70. Ils avaient peut-être rêvé devant l’Inde Fantôme, le film mythique de Louis Malle (tapez Phantom India dans YT) ou assisté aux conférences et projections des films d’Arnaud Desjardins, Ashrams, Le Message des Tibétains, Himalaya, le lac des Yogis, Zen…, alors réalisateur de documentaires avant de devenir le maître spirituel que l’on connaît. Ces films magnifiques, dont on trouve également des extraits sur YT ont inspiré un nombre non négligeable de personnes, et notamment de français à « prendre la route », pour aller à la rencontre de l’Inde, de sa culture, de ses traditions, de ses maîtres.

Longtemps j’ai envié ceux et celles qui partaient sans date de retour, pour de longs mois de découvertes, d’aventures et souvent d’errance. L’Inde est un pays unique où il était facile de se perdre physiquement et… psychiquement. Il n’y a qu’à lire le livre de Régis Airault, Fous de l’Inde. Délires d’occidentaux et sentiment océanique pour s’en convaincre. Le voyage en Inde nous défait de toutes nos illusions, de celles que nous avions sur nous-même, de celles que nous avions sur le monde. Pour peu que la découverte intérieure nous motive, nous en reviendrons avec moins de certitudes, et donc avec plus de maturité.

Varanasi

Il me semble qu’aujourd’hui, avec internet, les téléphones, les réseaux sociaux, la découverte n’est plus la même. Les rapports entre les personnes en ont été modifiés. La rencontre avec l’autre ne se fait plus en toute innocence. Les Indiens sont hyper connectés. La moyenne d’âge dans ce pays est de 27 ans! Il change à toute allure et les personnes sont passées directement au smartphone sans passer par le téléphone fixe. Une ouverture sur le monde évidemment, mais aussi à mes yeux une grosse machine à broyer les particularismes et à attiser les jalousies.

Aujourd’hui, nous savons à l’avance ce que nous verrons, à quoi plus ou moins nous attendre ; nous sommes beaucoup plus informés que ceux qui partaient sans rien connaître du pays à l’avance, si ce n’est quelques images glanées ici ou là dans les livres, les films et les musées. J’imagine qu’ils partaient souvent avec des images mythiques de yogis et de fakirs, de cobras, de temples et de paysages de plaines balayées par la poussière d’avant la mousson. Le voyage était éprouvant, surtout pour ceux qui partaient par la route comme l’avaient fait la première fois Arnaud et Denise Desjardins en 1959. Comme j’ai rêvé en lisant La Route et le chemin de Denise Desjardins, La Piste de Madhuri, ou encore L’Inde ici et maintenant de Jean Biès !

Fatehpur Sikri

Et puis tout récemment, je me suis rendu compte qu’à moi aussi il m’avait été donné de voyager quasiment de la même façon. Quand je suis allée en Inde la première fois, c’était au début de l’année 2001. J’étais en voyage de plusieurs mois en Asie du Sud-Est et c’est sur un coup de tête que nous avons atterri à Calcutta, sans aucune préparation, sans guide, sans carte, sans téléphone. Lorsque j’y suis retournée seule fin 2002, j’avais décidé d’y séjourner 6 mois. Là encore, pas de carte, pas de téléphone, très peu d’internet. J’allais de temps à autre dans un « café internet » (est-ce que ça existe encore ces lieux-là ??) pour envoyer un message à mes parents et des messages groupés aux amis à Paris. Les coupures d’électricité constantes et le débit extrêmement bas me poussaient à une grande concision! Pour guide, j’avais un vieux Lonely Planet trouvé en chemin.

Pas de plan, pas d’itinéraire, aucun contact sur place, aucune lecture en amont… Une seule adresse pour débuter, l’ashram Shivananda de Neyyar Dam près de Trivandrum où je ne suis finalement restée que 3 jours. J’étais en errance, je ne savais pas où j’allais. Je ne connaissais personne qui était allé en Inde et je n’avais reçu aucun conseil (mais entendu des histoires abominables, ça oui!), aucune recommandation. Aucun but, aucune « case à cocher », aucune attente consciente, et c’est ce qui a fait la richesse de ce deuxième voyage, le premier d’une longue série…

Finalement, j’ai voyagé comme les « anciens ». Au gré des rencontres, des indications données sur un bout de papier, des intuitions, des saisons, des horaires de train. Une Italienne vivant en Inde depuis des années rencontrée à une gare routière de Mysore et hop ! en route pour Badami, Bellur et Halebid et leurs temples majestueux, des lieux dont je n’avais pas même entendu parler jusqu’à cette rencontre. Un américain d’origine japonaise rencontré dans les ruines de Hampi et nous voilà quelques jours plus tard devant le Taj Mahal, puis à une retraite en silence Vipassana… Une soufie rencontrée dans un ashram et nous voilà à participer à un Dhikr dans la vieille ville de Delhi, avant de se retrouver quelques jours plus tard à chanter avec les Hare Krishna à Vindravan…

L’Inde m’a transformée. Sans même évoquer ma rencontre avec Amma dans son ashram d’Amritapuri un jour de 2002, qui est l’événement le plus important de cette vie, j’ai eu la chance de découvrir des endroits incroyables, de faire des rencontres et des expériences qui m’ont métamorphosée… de trouver ma voie spirituelle. Pour moi le vrai voyage, c’est ça : la possibilité de partir plusieurs mois sans but à atteindre sauf celui de la découverte extérieure et intérieure. Je me sens véritablement bénie d’avoir eu la possibilité de découvrir ce pays extraordinaire avant les smartphones et les réseaux, avant l’uniformisation inéluctable des modes de vie… C’était il y a presque 20 ans seulement, une autre époque.

Nostalgie du voyage

Janvier est souvent la période où nombre d’entre nous commencent déjà à penser aux prochains voyages, aux prochaines vacances… Les fêtes sont passées, avec soulagement pour certains, trop vite pour d’autres, mais il y a souvent, en tous cas c’est mon sentiment, une espèce de flottement en début d’année que beaucoup cherchent à combler par de nouveaux projets… et le voyage en fait partie. Mais quel voyage ?

J’ai eu la chance de commencer à voyager jeune et ça a longtemps fait partie de ma vie. Aujourd’hui, j’ai moins cette envie irrépressible de prendre l’avion pour aller « découvrir » un pays étranger. Je ne sais pas si c’est juste le résultat d’une évolution personnelle (l’âge ?) et de mes aspirations qui ont changé ou si c’est aussi l’une des conséquences du flot d’images dont nous sommes aujourd’hui inondés, qui fait que le dépaysement tant recherché par le voyageur est maintenant difficile à trouver.

Mes premiers voyages sac au dos datent de 1996. Je n’avais pas 20 ans. Une époque pas si lointaine, sans portables, sans Internet, sans vols low-cost.

Trois étés de suite, je suis partie au Portugal, en train, seule ou accompagnée. 24 heures de train pour descendre jusqu’à Lisbonne, avec un changement à Bordeaux, puis à la frontière, à Irun. Des trains couchettes sans climatisation la première année, ce qui nous permettait de sentir l’odeur des eucalyptus en arrivant au Portugal.

Je me rappelle un jour l’arrivée à Sintra, en train de banlieue. Un lieu touristique à 45 minutes de Lisbonne assez unique en son genre avec ses châteaux tous différents, son micro-climat et la beauté de ses ruelles. C’était en juillet, il faisait chaud et le ciel était d’un bleu uniforme. Je sors du train : j’ai le souvenir qu’il n’y avait pas grand monde. Une toute petite gare en pierre dans l’après-midi endormie. Le quai était ouvert sur la petite ville et sur ce quai il y avait un marchand de pêches. Elles étaient là, sous le parasol, dans leurs cageots de bois. Impossible de résister à leur parfum délicieux. J’ai encore aujourd’hui le goût sucré de cette pêche croquée sitôt achetée.

Et puis la vieille ville de Sintra. Le château des Maures sur la montagne était libre d’accès. Il n’y avait pas encore beaucoup de touristes donc pas d’office du tourisme, pas de restaurants à touristes et  pas de queues pour visiter les châteaux et autres palais. Le vieux village était encore habité et vivant.

En 2013, j’y suis retournée. J’avais gardé un souvenir tellement nostalgique de cet endroit que nous avions réservé 3 nuits à l’hôtel. Et si je ne l’ai pas regretté, j’ai été déçue de voir que le tourisme avait en partie dégradé la ville ancienne qui donnait le sentiment d’avoir été abandonnée par ses vrais habitants au profit de ses visiteurs d’un jour. Les anciennes demeures vides étaient taguées, le quai de la gare tout refait avec des portails métalliques et des tourniquets, l’office du tourisme le lieu le plus vivant de la place centrale.

Au Portugal toujours, nous n’avions réservé que la première nuit à l’arrivée à Lisbonne. Pour le reste du voyage, nous comptions trouver des chambres chez l’habitant. A l’époque, en descendant du car, il y avait souvent quelques femmes âgées, souvent veuves, avec des pancartes indiquant une chambre à louer chez elles. Nous nous retrouvions tantôt dans de grands appartements vides, tantôt dans de toutes petites chambres meublées de bois sombre, à dormir sous le crucifix. C’est comme ça que plus tard nous nous sommes également logés en Croatie, en 2004. Descendus de l’avion à Split, notre seul but pour ce voyage était de se baigner tous les jours, alors nous avions décidé de suivre la côte par les îles jusqu’à Dubrovnik. Là encore, aucune réservation n’avait été faite et même si la saison battait son plein en ce mois d’août, nous n’avions de difficulté à nous loger qu’une seule fois. Sur une île dont nous ne savions pas qu’elle était déserte. Nous avons essayé de dormir sur un ponton parmi les moustiques, attendant avec impatience l’arrivée du bateau au petit matin. Horrible sur le moment, précieux avec le recul.

kerala

En 2001 en Inde. Arrivée à Calcutta sans guide de voyage. Juste après avoir lu « Dans la peau d’un intouchable » de Marc Boulet trouvé dans une guest-house du nord de la Thaïlande. Sans doute pas la meilleure introduction à l’Inde quand on décide de s’y rendre, mais nous n’avions rien d’autre sous la main. Un français rencontré à l’ambassade de l’Inde à Bangkok nous avait conseillé Calcutta, Varanasi et ensuite un tour par le Népal pour revenir depuis Katmandou. C’est exactement ce que nous avons fait. Là encore, pas de TripAdvisor, pas de comparatifs d’hôtels, d’Air BnB, d’Instagram nous abreuvant d’images toutes faites de lieux « à visiter ». Nous trouvions parfois un café Internet, mais le plus souvent la connexion très laborieuse ne nous permettait qu’un seul message à nos familles pour les rassurer.

Sans doute sommes-nous passés à côté de « beaucoup de choses », mais notre voyage a été unique en ce qu’il n’était basé que sur notre propre ressenti et notre propre intuition ; rien n’était prédéterminé ni filtré par les sites Internet de voyages, les belles images sur les réseaux sociaux, les listes « A ne pas manquer » des guides de voyages.

varanasi

C’était le véritable voyage comme il me semble difficile d’en faire encore aujourd’hui. A moins de partir dans des endroits très reculés sans connexion.

C’était un temps d’insouciance où nous partions vers des horizons lointains sans idées préconçues, sans vraiment savoir à quoi nous attendre (pour mon premier voyage en Thaïlande, j’avais carrément apporté des provisions de dentifrices et de savons, c’est dire !). Nous avions l’espace pour nous laisser surprendre et nous laisser dépayser complètement.

Quand je vois aujourd’hui les hordes de touristes des quatre coins du monde envahir certains endroits, quand je vois comment le tourisme de masse a ravagé certains villages, voire certains pays, j’ai comme un sentiment de dégoût. Je ne jette le blâme sur personne : il est naturel pour ceux qui en ont maintenant les moyens de vouloir « découvrir » de nouveaux horizons. Il est naturel pour les pays d’accueil d’organiser un pan de leur économie pour les recevoir, mais tout me semble à présent uniformisé. Partout les mêmes vêtements, les mêmes portables scotchés à la main, les mêmes aspirations consuméristes. Je ne parle même pas de l’impact écologique et social du tourisme de masse. Bref, une époque me semble bel et bien révolue. Celle du voyage au long court, pendant laquelle on ne « faisait » pas un pays, on le découvrait vraiment, parce qu’on prenait le temps de se laisser immerger dans l’ailleurs.