Archives du mot-clé escapades

Une semaine en Slovénie

Ayant des origines slovènes dans la famille, l’idée nous était déjà venue il y a quelques années d’aller visiter ce (tout) petit pays situé entre l’Autriche et la Croatie ; mais depuis que nous avons renoué avec nos cousins qui vivent là-bas, l’idée s’est concrétisée et nous venons d’y passer une superbe semaine en leur compagnie.

Il n’y a pas beaucoup de guides de voyages en français sur ce pays et nous savions que nous ne ferions pas de tourisme classique de toutes les façons.

Histoire de m’imprégner un peu de ce pays, j’ai passé beaucoup de temps sur le site sloveniesecrete.fr qui est tenu par un journaliste français qui vit là-bas depuis presque 10 ans. Le site est très dense et on y trouve plein d’infos pratiques, linguistiques et culturelles.

On est revenus enchantés par ce pays paisible et attachant (et où on mange incroyablement bien! ces portions!… mais c’est une autre histoire).

Nos premiers jours ont été passés sur la côte adriatique qui ne fait que quelques dizaines de kilomètres, mais qui est magnifique avec ses marais salants, ses beaux villages (Piran!) et son ambiance italo-slavo-balkanique. Les Slovènes y parlent avec l’accent chantant des Italiens, et la nourriture y est un joyeux mélange de produits de la mer, de plats d’influence italienne et de produits typiquement slovènes. Le climat et la végétation y sont méditerranéens, même si j’ai l’impression qu’il y pleut plus qu’ailleurs au bord de la Méditerranée tant la verdure y est éclatante. J’y ai retrouvé mes premières impressions de voyages en Grèce et en Italie dans les années 90. Le bleu de la mer, les ifs, cette lumière ! (tout me paraît terne depuis que nous sommes de retour du côté de Nantes)…

En route pour aller retrouver d’autres cousins à l’est du pays, nous nous sommes arrêtés une journée à Ljubljana, la capitale, d’où on peut aller partout en 2h. Là encore, et malgré le tourisme que l’on sent de plus en plus présent, ce qui m’a frappé le plus, en dehors de la propreté et de la beauté de la ville, c’est l’ambiance paisible qui y règne. Le niveau de stress y est nettement inférieur qu’en France !

Balade le long de la rivière et du côté du marché qui regorgeait de produits locaux en cette saison et notamment de framboises, myrtilles et mûres à un prix imbattable.

Après cette halte citadine, nous sommes arrivés dans un tout petit village du nom de Kostanjevica na Krki, d’où nous avons rayonné, à quelques kilomètres de la frontière croate du côté de Zagreb. C’est dans ce village, attablés dans un champ devant une grande télé sous un parasol que nous avons assisté à la finale du Mondial ; autant dire que nous étions les seuls supporters de l’équipe française, mais l’ambiance était, comme partout ailleurs, très bon enfant.

Publicité

10 pays en une semaine

Quand mon mari m’a proposé le Puy de Dôme pour cet été, et notamment La Bourboule près d’où j’avais passé plusieurs étés quand j’étais toute petite, je n’ai honnêtement pas été prise d’un élan d’enthousiasme délirant. Mais nous avions tous les deux envie de changer de l’Ariège que nous aimons pourtant beaucoup.

L’image que j’avais de l’endroit n’était pas très reluisante. Je pensais trouver une ville thermale endormie dans ses montagnes, sans grand charme… et bien c’est tout le contraire, j’ai beaucoup aimé cette belle petite ville le long de la Dordogne avec son architecture, ses anciens palaces, ses bâtiments thermaux dans le style néo-byzantin, son église super chargée en énergie mariale, son parc Fenestre magnifique… et que dire des alentours ?

En fait, à de nombreux moments pendant la semaine, j’ai eu l’impression de me trouver ailleurs. Alors j’ai laissé libre cours à mon imagination et je vous offre ici quelques uns de ces voyages imaginaires… Dix pays en une semaine, qui dit mieux ? Et sans prendre l’avion ! J’aurais jamais cru qu’une semaine dans le Puy de Dôme me dépayse autant.

Commençons par le Canada, près de la Banne d’Ordanche, avec cette cabane de bois à l’entrée de la forêt de résineux…

Canada

Puis il y a eu les Rocheuses aux États-Unis…

Etats-Unis

Un vestige technologique de l’ère communiste en Russie…

Russie

Quelques vachettes des montagnes suisses….

Suisse

L’art religieux baroque de l’Espagne catholique dans la petite église magnifique du village  de Saint-Pardoux près de la Tour-d’Auvergne…

Espagne

L’architecture byzantine d’Istanbul

Turquie

Tuqruie2

Les immeubles parisiens

Paris

Les plateaux de la Mongolie balayés par les vents, les nuages et le soleil qui font chatoyer les différentes nuances de vert…

Mongolie

Les couleurs de l’Italie, aux thermes du Mont-Dore

Italie

Enfin, Budapest… toujours aux thermes du Mont-Dore, qui sont vraiment magnifiques et qui valent le détour si vous passez dans les parages. Apparemment, ils figurent parmi les plus beaux bâtiments thermaux d’Europe. J’ai été éblouie.

Hongrie2

Hongrie

C’est ça qui est bien quand on ne prépare pas trop un voyage, c’est qu’on a pas tout vu avant sur les sites de tourisme. Il reste alors de la place pour les découvertes !

Et pour finir, Majorque côté ville

Enfin, nous sommes restés deux jours à Palma qui vaut quand même le détour car le centre historique de la ville est vraiment magnifique. La cathédrale est grandiose et ses abords également avec le Palais de l’Almudaina (que nous n’avons pas pu visiter car nous étions le 1er mai), la proximité du rivage, les ruelles tortueuses et l’architecture magnifique des bâtiments (notamment l’hôtel de ville)…

On peut avoir une très belle vue sur Palma depuis le haut du château de Bellver dont la visite est gratuite le dimanche. Ça vaut le coup d’y aller également si l’on aspire à un peu de nature au cœur de la ville, car il a conservé son grand parc entouré d’une muraille d’enceinte en pierres.

Pour ceux qui aiment l’architecture un endroit sympa bien qu’artificiel est le « Poble Espanyol » qui reconstitue sur une petite surface certaines de particularités architecturales de quelques provinces espagnoles ; on passe ainsi d’une ruelle andalouse à une place catalane en quelques pas. C’est vraiment très bien fait, même si apparemment c’était beaucoup plus vivant il y a quelques années. C’était très calme quand nous y sommes allés. Je pense que ça vaut vraiment le coup avec de jeunes enfants.

J’ai beaucoup aimé Palma mais j’ai beaucoup souffert des ondes et du wifi max de max que nous avions dans notre petit hôtel pas cher. Je n’ai jamais vu autant d’antennes relais que là-bas. C’est sans doute dû au nombre incroyable de touristes qui s’y pressent et qui souhaitent avoir un max de débit. Pour moi qui voyage sans portable, à l’ancienne, j’avoue que les deux jours à Palma (et l’attente à l’aéroport car notre avion a eu du retard) ont été un peu durs, d’autant que je souffre d’électrosensibilité (voir ici mon expérience sur ce sujet).

Ce fut une très belle semaine malgré cela ; cette île dont nous n’avons vu qu’une petite partie est d’une richesse incroyable qu’elle ne peut offrir que si l’on s’éloigne des zones purement touristiques.

Majorque côté campagne

Voici que j’entame une petite série sur Majorque où nous avons eu la chance de passer une semaine fin avril. Le printemps est une merveilleuse saison pour voyager autour de la Méditerranée. Je savais que Majorque était touristique mais je ne m’étais pas rendu compte que c’était la 9e destination touristique AU MONDE ! Du coup, on comprend facilement la saturation que ressentent les Majorquins à voir débarquer des millions de touristes chaque année de mars à octobre ; beaucoup viennent d’Allemagne et du Royaume-Uni et beaucoup se cantonnent à la baie de Palma qui est blindée d’hôtels et de restaurants.

Du coup, comme nous aimons la nature et la rando, nous avons choisi de passer la majeure partie de notre séjour dans la Serra de la Tramuntana qui est classée au Patrimoine de l’Unesco depuis 2011. C’est une chaîne de moyennes montagnes au nord-est de Palma qui est parsemée de petits villages magnifiques, de vergers plantés d’oliviers, de citronniers et d’orangers, de criques aux eaux turquoises, de sentiers de rando dont certains sont des chemins de pierre qui existent depuis des siècles pour relier les villages entre eux.

Quelle joie de se balader accompagné du parfum des fleurs d’oranger, de pouvoir déguster des oranges laissées dans une clayette sur un muret au détour d’un chemin, contre quelques pièces déposées dans une coupelle, de s’émerveiller des vues changeantes, de la présence des multiples animaux qui vivent dans les montagnes (troupeaux de brebis, moutons, ânes, chevaux…)… A cette époque de l’année, il n’y a encore pas trop de visiteurs et on ne rencontre pas grand monde dès qu’on s’éloigne du bord de mer.

 

DSC04376

Vallée de Soller

 

DSC04403 DSC04404 DSC04407 DSC04416 Vallée de Soller DSC04449 DSC04455 DSC04457 DSC04460 DSC04464 DSC04472 DSC04474 DSC04609 DSC04655