Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘remèdes naturels’

Il me semble qu’en tant que femmes, on a toutes connu des passages dans notre vie où nos règles sont devenues douloureuses ; il me semble que c’est tout à fait normal. Ce qui l’est moins en revanche, c’est quand les règles sont douloureuses depuis toujours. Ça vaut le coup dans ces cas-là d’en parler à son médecin et/ou sa gynéco car non, il n’est pas normal que les règles soient douloureuses tous les mois depuis plusieurs années.

Comme toujours, je parle uniquement ici à partir de ma propre expérience. J’en ai déjà parlé ici mais je n’ai commencé à avoir de cycles réguliers qu’il y a 10 ans, à l’âge avancé de 30 ans. Avant j’ai eu des phases sous pilule et d’autres plus problématiques pendant lesquelles j’avais des cycles très irréguliers, voire absents la plupart du temps.

Depuis 10 ans donc que j’ai des cycles réguliers, j’ai remarqué plusieurs choses et ces observations ont ensuite été confirmées lors de mes études en ayurveda et naturopathie.

Les règles sont beaucoup plus douloureuses (surtout le premier jour) quand je traverse une phase de stress. Le stress, comme on ne le sait que trop, conduit à une mauvaise circulation énergétique dans le corps, ce qui créée de la stagnation. Pour les femmes, cette stagnation se manifeste souvent au niveau du bassin et de l’appareil reproducteur, d’autant plus que nous sommes, pour beaucoup d’entre nous, souvent longtemps assises durant la journée. L’aine est un endroit du corps par lequel passent de nombreux méridiens. Quand les règles arrivent, en ayurveda on dit que c’est « apana vayu » qui les déclenche (le vent qui va vers le bas). Or quand il y a stagnation, ce déclenchement peut provoquer douleurs et crampes. C’est que le flux énergétique n’est pas libre de circuler dans cette zone du corps.

Que faire pour éviter cette stagnation ?

– d’abord essayer de limiter son stress : revoir ses priorités, adopter une pratique spirituelle, limiter le temps passé devant les écrans, etc. (je sais, beaucoup plus facile à dire qu’à faire!)

– adopter une activité physique qui nous convienne : marche, course, mais surtout étirements type Pilates et yoga en insistant sur les mouvements qui ouvrent les aines. En yoga, on privilégiera les fentes, la posture du guerrier, la posture du pigeon, voire celle d’Hanuman ! L’important est de contrecarrer l’excès de posture assise et d’ouvrir ce passage énergétique fondamental. Faits régulièrement, ces mouvements favorisent la circulation de l’énergie et donc facilitent le moment des règles.

– limiter sa consommation de gluten et de produits laitiers à base de lait de vache, surtout non bio. On le sait maintenant, ces deux catégories d’aliments sont inflammatoires et créent de la congestion dans le corps. Ne serait-ce que limiter sa consommation de gluten à une fois par jour peut apporter des améliorations. Privilégier les aliments frais et bio.

Que faire si on a ses règles, et qu’on souffre de crampes ?

On peut appliquer une bouillotte chaude sur le bas-ventre par-dessus les vêtements ou appliquer ses propres mains à même la peau (pour peu qu’elles soient chaudes!) et visualiser une chaleur apaisante qui pénètre dans les tissus pour les détendre. Le mieux est de faire ceci en position allongée. Ne pas boire d’eau glacée ni froide, et manger léger en évitant excitants et excès de sucre. Se reposer au maximum de ses possibilités, surtout les 2 premiers jours. Il est également possible d’appliquer directement 1 à 2 gouttes de camomille romaine sur le bas-ventre en massant délicatement dans le sens des aiguilles d’une montre.

En traitement de fond, on peut également prendre du macérat de jeunes pousses de framboisier (dans mon cas, ça marche très bien pour réguler un peu les choses au niveau hormonal), du gattilier ou des capsules d’huile d’onagre. La stagnation et l’inflammation se développant plus facilement en terrain acide, ça vaut le coup de prendre tous les jours un peu de spiruline hautement alcalinisante. On peut aussi prendre des gélules d’oméga 3 anti-inflammatoires de bonne qualité. Si la constipation est un problème, augmenter sa consommation de fibres et d’eau pour réguler son transit. On ne le sait que trop peu souvent, mais la constipation peut être un facteur de déséquilibre hormonal.

Une autre considération importante est le regard qu’on porte nous-même en tant que femme sur son propre cycle et les idées/concepts et autres que nous y associons. Avoir ses règles de façon régulière, avec un flux pas trop abondant et un minimum de douleurs est un signe de bonne santé chez la femme. Il n’y a rien de honteux, de sale ou d’impur à cela ! Au contraire, pour peu que l’on se mette au diapason de cette énergie puissante et si particulière, le moment des règles peut être un temps d’intériorisation bénéfique chaque mois.

 

Publicités

Read Full Post »

J’ai l’impression que tout le monde autour de moi est enrhumé en ce moment et j’ai moi-même été victime d’une « attaque » la semaine dernière ; je parle bien d’une attaque car grâce à quelques remèdes naturels que j’essaie de rapidement mettre en application, le rhume ne s’est pas déclaré.

J’ai pourtant bien senti le coup de froid : quelle idée effectivement d’aller se promener tête nue dans le vent glacial au moment de la digestion, alors que je revenais de deux semaines sous les tropiques la veille au soir après une nuit sans sommeil et deux vols peuplés de tous les microbes de la Terre.

Bref, voici ce que j’ai fait et qui a permis, malgré la fatigue, à ce qu’en 2-3 jours, je sois à nouveau dans un état normal.

Tout de suite, au niveau alimentaire, il s’agit surtout de soutenir le système immunitaire qui a donc connu un coup de mou puisque le virus a réussi à se faire un nid.

Il est donc conseillé de manger léger, de supprimer temporairement le sucre et les sucreries, le gluten et les produits laitiers. Tous ces aliments provoquent l’augmentation de Kapha dans le corps, ce qui entraîne mucosités et autres joyeusetés.

Ils peuvent également être lourds à digérer et l’idée générale, c’est que l’énergie du corps puisse au maximum être dispatchée sur la lutte immunitaire et non utilisée à digérer des aliments. Il est donc préférable de favoriser les soupes bio bien chaudes avec si possible des épices comme le gingembre frais, le poivre et le curcuma.

Il est également bénéfique de boire chaud, pas très chaud comme pour se faire une tisane, mais chaud quand même, de manière à ce que le corps n’ait pas besoin de réchauffer les liquides ingérés. En dehors de l’eau, privilégier les tisanes de thym, de gingembre/citron sans sucre.

Aussi, dès qu’on commence à ressentir les symptômes d’un rhume qui cherche à se déployer, il faut rester au chaud. Ça peut paraître idiot de le rappeler, mais on voit encore trop de personnes enrhumées qui ne sont tout simplement pas assez couvertes et qui disent souffrir du froid. Amis fumeurs, c’est également le moment de radicalement diminuer le tabac, qui fait rentrer avec chaque aspiration non seulement des poisons, mais de l’air froid.

Dans la mesure du possible, se reposer, faire une sieste, se coucher tôt, rentrer plus tôt du travail dès que les symptômes se font sentir.

Pour ce qui concerne les remèdes à proprement parler, je prends 10-15 gouttes d’extrait de propolis dans de l’eau matin et soir. Entre les repas, même si je sais que ce n’est pas l’idéal, je laisse également fondre sur la langue quelques pastilles à la propolis et des pastilles de vitamine C naturelle sans sucre, toujours avec l’idée de renforcer l’immunité.

Pour le nez bouché, je n’y vais pas par quatre chemins, j’utilise un « neti pot ». C’est une technique commune à l’ayurveda et au yoga pour se nettoyer les voies nasales. Pour moi, c’est souverain.

Il s’agit de faire couler de l’eau salée dans les narines d’un côté puis de l’autre avant de bien se sécher le nez et de rester… au chaud ! C’est un peu technique au début et il faut faire attention à l’hygiène des instruments ainsi qu’au dosage du sel : si ça fait mal, c’est qu’il n’y en a pas assez, si ça brûle, c’est qu’il y en a trop. À voir si cette idée vous parle. J’imagine qu’il y a plein de vidéos sur Youtube pour apprendre.

Une fois qu’on est à l’aise avec le neti, on peut le faire en prévention, après un vol en avion, après une balade à la campagne pour déloger les allergènes, pour se nettoyer le nez après un séjour dans une ville polluée. Honnêtement, pour moi c’est le remède miracle puisqu’on va à la racine de l’infection. Du coup, pauvre rhume avec nez coulant etc. n’a pas de chance de pouvoir se développer. A faire deux ou trois fois par jour avant les repas.

Si ça ne suffit pas, on peut compléter son traitement au neti avec des inhalations d’huiles essentielles : arbre à thé, niaouli, lavande, eucalyptus, etc. Il y en a plein qui sont indiquées dans ce cas, mais attention au dosage !

En conclusion, du chaud, du léger, du neti. Lavez-vous les mains et portez-vous bien !

D’autres remèdes par ici, et là aussi

Read Full Post »

Que faire quand on sent qu’on commence à tomber malade ? (suite de l’épisode précédent)

Dès qu’on commence à se sentir un peu « patraque » : fatigue, picotement dans la gorge voire léger mal de gorge, yeux chauds/rouges/lourds, légers frissons et courbatures, nez un peu humide, légère fièvre… ne pas attendre et modifier immédiatement son alimentation de façon à l’alléger au maximum afin que le corps puisse utiliser toutes ses ressources pour se rétablir. Ne pas sous-estimer les ressources du corps dans ce genre d’affections : c’est lui qui se guérit seul et non pas les médicaments allopathiques qu’on peut prendre. Ceux-ci masquent les symptômes et peuvent même entraver le processus de purification que ces symptômes représentent souvent.

. alléger son alimentation : limiter très fortement les produits laitiers, le sucre sous toutes ses formes et les produits à base de gluten. Manger chaud et léger : « Une petite soupe et puis au lit ! » est tout indiquée. Éviter les aliments froids et lourds.

. boire beaucoup : eau chaude (additionnée de citron ou non), tisanes (spécifiques : thym, romarin etc.), mais supprimer thé, café, jus de fruits et sodas. Prendre, trois frois par jour, un breuvage composé de thym, de jus de citron, de gingembre frais, de poivre noir et de miel (attendre que la tisane soit moins chaude pour rajouter le miel ; en ayurveda, il est dit que le miel devient toxique s’il est chauffé. On doit pouvoir mettre son doigt dans la tisane sans se brûler.) Cette tisane est très chauffante et va « liquéfier » Kapha et purger Pitta. Bien se couvrir après : si on transpire un peu, c’est bien.

. se reposer chez soi au calme (si possible)

. utiliser, en cas de congestion nasale, un neti pot. C’est comme le petit pot utilisé en yoga pour se laver les sinus. Le choisir en porcelaine, surtout pas de plastique. Mettre de l’eau chaude (eau filtrée ou de source à température du corps) additionnée de sel minéral ou marin (non raffiné). Entre un quart et une demi-cuillère à café de sel pour un neti pot est généralement suffisant. Quand on passe ce mélange dans les narines (gauche d’abord puis droite), il ne faut pas que ça fasse mal. Si ça fait mal, l’eau n’est pas assez chaude et/ou il n’y a pas assez de sel ; si ça pique, c’est qu’il y a trop de sel. Ajuster la dose. Pour plus d’explication et savoir au juste comment faire, on peut soit demander à quelqu’un qui pratique déjà cette technique ou regarder une video sur youtube, je suis sûre qu’il y en a. Utiliser le neti plutôt à jeun, trois fois par jour.

. si tout ça ne suffit pas, faire des inhalations. On peut utiliser les préparations du commerce (que j’évite généralement) ou utiliser des huiles essentielles bio indiquées pour ces conditions. Attention, éviter l’eucalyptus le soir. Ca peut chez certaines personnes sensibles, provoquer des insomnies. Faire les inhalations au chaud chez soi et prendre garde à ne pas sortir tout de suite après dans le froid.

. sucer des pastilles de propolis bio contre le mal de gorge.

Normalement, ces mesures prises pendant deux ou trois jours doivent suffir à faire passer le rhume/état grippal naissant. Si on tombe quand même malade, continuer à appliquer ces mesures. Si les symptômes s’aggravent et/ou en cas de constitution fragile, il est bien entendu conseillé d’aller voir un médecin. Ces conseils sont seulement issus de ma propre expérience. Malgré pas mal de changements dans ma vie personnelle et profesionnelle ces dernières années, je n’ai attrapé qu’un rhume il y a trois ans et il n’a duré que deux jours grâce à ces méthodes (pourtant j’avais de la fièvre et me sentais vraiment mal)… Si vous avez d’autres recettes, n’hésitez pas !

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :