Archives du mot-clé télévision

26 films cools

En règle générale, nous regardons plutôt des documentaires à la maison, mais parfois l’envie de regarder un bon film nous gagne quand même. En cette période de confinement, je sais que nous sommes nombreux à nous échanger des titres de films pour passer un bon moment. Je suis toujours à l’affût de films qui soient sans vulgarité, sans violence ni suspense à deux sous, sans bêtise, sans noirceur, sans personnages névrosés (pas de serial killers ni de pervers narcissiques, merci bien…).

Aussi, au fil des années nous nous sommes constitué une petite bibliothèque de « films cools ». La plupart sont des comédies dramatiques, beaucoup sont connus, d’autres beaucoup moins (et parfois, à mes yeux, injustement mal notés). Ce ne sont pas des films qui vont empêcheront de dormir (ce qui, par les temps qui courent, est plutôt une bonne chose!), mais ils sont divertissants, au bon sens du terme, soit parce qu’ils nous font beaucoup rire, ou voyager, ou rêver…

sdr

Alors, voici notre petite sélection:

Pour les amateurs de l’Asie (Japon et Corée):

  • The Taste of Tea (Cha no aji) – plus de 2 heures de bonheur
  • Lost in translation (évidemment; vu plusieurs fois, toujours des trouvailles)
  • Des nouilles aux haricots noirs (Castaway on the moon)

Pour celles et ceux qui aiment les films en costume:

  • Edmond (qui relate la vie de l’auteur de Cyrano de Bergerac)
  • Chambre avec vue (Room with a view) – ultra romantique
  • Avril enchanté (Enchanted April)
  • Miss Potter (on a parfois l’impression de voir Bridget Jones en costume, mais les personnages secondaires sont délicieux et on se laisse prendre par cette belle histoire)

Pour les joies de la cuisine:

  • Julie et Julia (Julie and Julia: Meryl Streep au top!)
  • Les saveurs du Palais (Catherine Frot!)

Pour les littéraires :

  • Alceste à bicyclette
  • Le Mystère Henri Pick
  • Les mots pour le dire (The Rewrite; plus plaisant que les 10 premières minutes ne le laissent présager)
  • Le Prénom

Pour les inconditionnels de Woody Allen (malgré tout):

  • Magic in the moonlight
  • Minuit à Paris (Midnight in Paris)

Pour celles et ceux qui aiment un détour par l’univers de la mode et ses excentricités:

  • Le Stagiaire (The Intern)
  • Le Diable s’habille en Prada (The Devil Wears Prada)
  • Chic (Ce film est généralement mal noté mais les moments d’anthologie avec Fanny Ardant apprécieront !)

Pour les amateurs de l’Inde :

  • The Lunchbox (Dabba)
  • Swades (Swades, nous le peuple)
  • Hindi medium

Pour l’aventure intérieure ou extérieure:

  •  Indian Palace (The Best Exotic Marigold Hotel) suivi de Indian Palace suite Royale (The Second Best Exotic Marigold Hotel) : tous les meilleurs acteurs anglais
  • Chaleur et poussière (Heat and Dust)
  • Mange prie aime (Eat Pray Love)
  • Le voyage aux  Pyrénées (même si le film est mal noté, et que la fin est un peu bizarre, le couple Sabine Azema et Jean-Pierre Darroussin nous éclate)
  • L’Odyssée de Pi (The Life of Pi)

N’hésitez pas à me faire part de vos suggestions!

** et aussi, pêle-mêle: On connait la chanson, Les émotifs anonymes, Le discours d’un roi… on arrive à 29!

Les infos à la télé

Rien n’est plus déprimant à mes yeux que de regarder quotidiennement le journal de 20h, alors que je partage ma vie avec quelqu’un qui adore le suivre. Quand je suis en forme, ça ne me dérange pas trop et je bidouille de mon côté pendant le JT, mais quand je suis fatiguée, j’ai vraiment du mal à supporter ce flot continu d’images négatives. A écouter les infos à la radio et à la télé, il semblerait que seuls la famine, la guerre, les conflits, la dévastation écologique existent. Or tous les êtres humains ne vivent pas dans des conditions horribles. Il existe plein d’initiatives positives d’entre-aide, de protection de l’environnement, d’éducation dans le monde et ce, dans tous les pays. Il faut arrêter de croire que nous avons « tout compris » en occident par rapport au reste du monde.

Autant je n’ai rien contre le fait de suivre l’actualité en consultant les sites des grands quotidiens en ligne où il est possible de filtrer ce qui nous intéresse, autant je ne supporte plus les images télévisuelles de ces mêmes actualités. Le temps imparti pour chaque sujet est tellement court que les interviews sont tronquées, on entend des bouts de phrase deci-delà, les images ne nous montrent qu’une partie des faits : on oublie trop souvent qu’on ne voit que ce qu’on nous donne à voir et que c’est uniquement le point de vue du reporter qui nous est présenté ou celui du journaliste du « couvre » l’événement. Sans partir dans les théories du complot, on se rend compte que l’information est toujours biaisée. Bref, j’ai un peu (beaucoup) perdu ma confiance dans les médias traditionnels. L’accent n’est absolument jamais mis sur tout ce qui se passe de beau et de bon : c’est d’ailleurs souvent par les canaux d’information alternatifs qu’on a accès à ces choses, par des documentaires, des livres.

Quel impact ont ces images quotidiennes sur ceux qui les regardent ? Même si certains déclarent qu’elles n’ont aucune influence sur eux, je n’y crois pas. On ne peut pas regarder des personnes s’entre-tuer quotidiennement sans que ça ait un impact sur notre niveau énergétique et émotionnel. Le spectacle permanent de la négativité humaine nous laisse souvent déprimés et angoissés. Du coup, il nourrit la peur et la peur nourrit cette négativité à son tour. C’est un cercle vicieux dont il est important d’avoir conscience. Une fois, alors que je faisais un stage de méditation, quelqu’un a posé la question de l’attitude juste à avoir face à ce flot d’information et l’impératif occidental de se « tenir informé ». En effet, elle était un peu comme moi et supportait mal toutes ces images. La personne qui donnait le stage lui a répondu qu’il n’y avait finalement aucune obligation de cet ordre et qu’il ne tenait qu’à nous de choisir quoi regarder : nous pouvons totalement décider de ne regarder ou écouter les infos qu’une ou deux fois par semaine.

Nous oublions trop souvent notre libre-arbitre et contrairement à ce qu’on pourrait croire, ne pas être constamment informé ne signifie pas qu’on s’en fout éperdument, mais qu’on choisit de ne pas générer plus d’anxiété dans le monde qu’il n’y en a déjà. En quoi la dépression et l’angoisse générées par ces images de souffrance aident les personnes concernées ? Ne vaut-il pas mieux prier pour elles et leurs dirigeants, essayer de leur envoyer de l’énergie positive au niveau subtil ? Se concentrer sur le positif lui permet d’acquérir plus de force ; il en va de même pour le négatif. Alors choisissons avec discernement.