Feeds:
Articles
Commentaires

Aujourd’hui j’ai envie de partager une video (en anglais) géniale sur la santé des femmes de la part de Claudia Welch qui était une de mes profs d’ayurveda à l’Ayurvedic Institute d’Albuquerque au Nouveau Mexique.

Elle est aussi l’auteur du livre Balance Your Hormones, Balance Your Life, que je recommande vivement pour ceux qui s’intéressent à ces sujets.

Dans cette interview, elle parle principalement des causes des cancers du sein, mais aussi de l’équilibre hormonal, de l’effet du stress sur l’organisme féminin, etc… C’est fou tout ce qu’elle arrive à dire en 45 minutes, avec talent et humour!

Honnêtement, ce qu’elle y dit est un concentré de sagesse basé sur sa longue pratique de l’ayurveda et de la médecine chinoise. Elle donne des conférences et mène des retraites et des stages dans le monde entier à présent et ce fut un privilège pour moi que je l’avoir eu comme prof. Son site internet est http://drclaudiawelch.com.

N’hésitez pas à partager vos impressions dans les commentaires!

Vous pouvez trouver d’autres articles sur le sujet dans la catégorie Santé des femmes et Ayurveda, et notamment ici et

 

 

 

Aqua montanae

Ariege1 Ariege4 Ariege2 Ariege3 Ariege5

 

Sur le même thème, c’est par ici!

Sympathique

J’ai longtemps cru que tout le monde était comme moi, jusqu’à ce que je me rende compte il y a quelque temps maintenant (j’avais fait part l’an passé d’un bel épisode d’angoisse) qu’en fait j’étais entourée de personnes qui avaient le système nerveux bien mieux accroché que le mien.

– je ne peux boire ni café (alors que j’adore ça), ni thé : voir à ce sujet mon post à ce sujet ;

– je suis obligée de limiter très fortement le chocolat noir : passé 4 carrés par jour, je commence à avoir les mêmes symptômes qu’avec le café et le thé ;

– il faut que je fasse très attention à ce que je regarde à la télévision le soir : sans même parler du désintérêt que j’ai pour le genre : il me serait impossible de regarder le moindre épisode de série policière comme il en passe tant en soirée : dès qu’il y a de la violence, des cadavres, une ambiance de suspens, ça me met dans tous les états. Que reste-t-il ?

Des comédies, des films en costume et les inaltérables documentaires Arte (surtout ceux réalisés par des Allemands, car les autres ont tendance à être rapides pour mon sympathique !)… J’ai encore le souvenir de l’unique film d’horreur que j’ai regardé à 15 ans un dimanche matin d’été toute seule, car l’ami avec qui j’avais loué la cassette vidéo n’avait finalement pu venir. J’ai passé la journée à trembler de peur et j’ai claqué des dents d’effroi toute la nuit… ;

– après un bon repas avec des amis, impossible de dormir : une partie de mon cerveau rejoue tout ce qui s’est passé, tous les sujets reviennent pêle-mêle et m’empêchent littéralement de fermer l’œil. Je me rappelle une année Erasmus pas piquée des hannetons au niveau sorties : quand on rentrait exténuées à 5h du mat’ avec la copine avec laquelle on sortait tout le temps, elle s’endormait aussi sec jusqu’à midi pendant que je restais allongée dans ma chambre sans pouvoir dormir tellement j’avais le système nerveux qui vibrait ;

– idem avec la musique : une chanson entendue, un beau bhajan chanté peuvent facilement me faire passer une nuit blanche alors que je ne les avais plus dans la tête au moment de dormir ;

– le stress prend chez moi des proportions inquiétantes en très peu de temps et je remarque que plus ça va, plus ça prend du temps pour retomber. Avant, dès que j’avais une échéance ou une épreuve qui me stressait, une fois celle-ci passée, ça allait tout de suite mieux ; maintenant je dois bien attendre quelques jours avant que je me ressente à nouveaux moi-même. En attendant j’aurai eu une accélération du rythme cardiaque, environ 90 en continu avec perception exagérée des battements cardiaques, ce qui n’est pas agréable, vagues d’hormones de stress dans la poitrine et le long du dos, transpiration, rougeurs au visage, etc. ;

– parfois en méditation, j’ai le corps qui bouge tout seul de façon rythmique incontrôlable : apparemment ça serait dû à des impuretés dans le système nerveux qui sont purifiées par la méditation. Sans blague. Je vois bien que lorsque ça m’arrive, c’est comme si ça remettait les pendules à l’heure, alors c’est super (je tiens à préciser que ces mouvements ne sont pas très prononcés et ne perturbent ni moi ni mon entourage), mais il est malheureusement rare que je parvienne à ce niveau de méditation tellement mes nuits sont agitées par tout le reste que je viens de lister.

Comme c’est difficile pour l’entourage de comprendre cet aspect de nous-même quand on est comme ça !

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 27 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :