Feeds:
Articles
Commentaires

Succulentes (2)

Succulentes (1)

Guérisons alternatives (1)

J’ai décidé de faire cette mini-série sur de courtes histoires de « guérisons alternatives » dont j’ai été l’objet au cours des dernières années. En effet, même si la médecine alternative gagne du terrain, nombreuses sont les personnes qui sont encore aujourd’hui méfiantes et suspicieuses à son égard. Or j’ai fait l’expérience personnelle de ce qu’elle peut nous apporter.

Je commencerai avec ce qui m’est arrivé à la fin de l’année 2007. Je vivais alors en Inde depuis plus d’une année. Depuis mon premier cycle à l’âge de 12 ans, mes règles n’avaient jamais été régulières. Il pouvait se passer 3 voire 6 mois sans rien, puis 2 ou 3 cycles à peu près normaux, puis rien pendant des mois. Évidemment, comme la grande majorité des jeunes femmes j’ai pris la pilule pendant quelques années, ce qui n’a fait que camoufler le problème, mais celui-ci est réapparu en force quand j’ai arrêté en 2002 et que rien ne s’est jamais régularisé. C’est chiant les cycles irréguliers, on ne sait jamais quand « elles » vont arriver, il faut toujours avoir de quoi faire face dans son sac ; on a peur d’être prise au dépourvu en voyage, à la piscine, etc. Et puis on a quand même la vague impression que quelque chose ne tourne pas rond. Le corps de la femme est régi par son système hormonal et un cycle régulier sans douleur est quand même un des signes naturels de la bonne santé. Avec des cycles irréguliers, on se pose évidemment la question de la fertilité, ce qui peut devenir très angoissant pour celles qui souhaitent avoir des enfants.

Au fil des ans, je suis bien sûr allée consulter des gynécologues. Tous m’ont prescrit au bout de quelques minutes des crèmes à la progestérone à appliquer régulièrement sur la peau. Je crois bien que je ne suis allée chercher leur crème à la pharmacie qu’une seule fois et qu’elle n’a pas du être ouverte. J’ai toujours senti que la solution ne se trouvait pas dans un tube de crème hormonale.

Ça fait longtemps maintenant que je m’intéresse de près aux médecines alternatives et notamment à l’ayurveda. Les systèmes orientaux font référence à notre énergie vitale (prana pour l’ayurveda, chi ou qi pour la médecine chinoise traditionnelle), laquelle pour être en bonne santé, doit se mouvoir librement dans le corps. Le présupposé est que le corps naturellement sait ce qu’il a à faire pour se maintenir en bonne santé, notre rôle à nous étant de le soutenir pour que les flux énergétiques ne soient pas bloqués. Cela-passe évidemment par une hygiène de vie saine (alimentation, activité physique…), mais aussi, et c’est souvent le plus difficile, par une gestion équilibrée de nos émotions. L’idée est que l’énergie vitale devrait rencontrer le moins de blocages possibles. Or dès que nous sommes stressés, anxieux, angoissés, que nous n’avons pas assez dormi, que nous faisons face à des événements difficiles, on se contracte, on se protège comme on peut et on se bloque… Je trouve qu’on devrait tous apprendre à mieux gérer nos émotions, mais ce n’est pas facile…

Bref, pour en revenir à mon histoire. J’étais donc en Inde et je vois une petite affiche pour des soins énergétiques par une médium/canal. Comme attirée par un aimant, je prends RDV. C’était la première fois que je consultai une personne comme ça. C’était une Canadienne qui m’a dit qu’elle avait reçu les mêmes dons que sa mère et sa grand-mère et qu’elle travaillait avec les énergies, qu’elle était en mesure de voir des événements de nos vies antérieures etc. La séance d’une heure et demi est passée très vite. Après m’avoir demandé ce qui m’amenait (c’était principalement ce problème de menstruation pour moi, mais on sait qu’on vient souvent avec un « problème » qui n’est que la surface visible de l’iceberg), elle a commencé à me raconter des trucs de certaines vies antérieures, dans le désert au moyen-orient. Une vie de nomades. Beaucoup d’enfants, pas assez de nourriture, pas assez d’eau. Pas de temps libre, énormément de corvées. Et puis surtout elle m’a dit que j’avais comme une entité qui était accrochée à mon ventre. Elle me l’a même décrite et ça a résonné très fortement en moi. Elle m’a fait savoir qu’elle allait lui demander de s’en aller, de me laisser tranquille. Je ne sais plus trop comment elle s’y est pris, ce qu’elle a fait. La séance était enregistrée mais bizarrement je n’ai jamais écouté l’enregistrement. Toujours est-il que depuis ce jour, mes règles sont au rendez-vous tous les mois et que certains problèmes relationnels que j’avais avec des inconnus se sont volatilisés.

Les causes de nos troubles sont parfois mystérieuses. On ne peut pas toujours rester en surface des choses et croire qu’une crème ou un médicament va nous guérir, même si ceux-ci ont leur place dans la gamme des soins médicaux. De mon côté, cette rencontre m’a transformée. Nous sommes des êtres extrêmement complexes. Si l’on accepte la théorie de la réincarnation, ce qui est pour moi une évidence, on imagine à peine la quantité incommensurable de nœuds et de liens qu’il faut dénouer pour se libérer… Les personnes qui sont canal/medium/magnétiseurs peuvent nous aider. Encore faut-il faire preuve de discernement quand on choisit d’aller voir quelqu’un (les charlatans sont nombreux !) et se fier à son instinct pendant la consultation.

Floracopia (4)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 29 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :