Feeds:
Articles
Commentaires

Belle-Ile Gris

Roches

Roches

Nord de l'île

Nord de l’île

Algues au Nord

Algues au Nord

Vert de gris

Vert de gris

Pointe des Poulains

Pointe des Poulains

Roche et eau

Roche et eau

Belle-Ile Bleu

Six jours à Belle-Ile, six jours de beauté!

Plage du Donnant

Plage du Donnant

Grands Sables

Grands Sables

Grands Sables

Grands Sables

Église du Palais

Église du Palais

Port Coton

Port Coton

Port Coton

Port Coton

 

 

 

 

L’être humain est issu de la nature.

On l’oublie trop souvent, mais tout est constitué des mêmes éléments : les minéraux qui nous sont si précieux pour nos réactions enzymatiques sont les mêmes que nous retrouvons dans la terre ou la mer, les vitamines qui nous sont si précieuses sont celles qui se retrouvent dans les plantes… ; toute notre alimentation dépend de la nature (même les produits hyper-transformés, hyper-emballés, hyper-industrialisés ont pour base des produits naturels : ils contiennent au moins de l’eau ou des céréales !!).

Étant issus et faisant partie intégrante de la nature, c’est alors bien dommage que beaucoup de nos contemporains aient perdu ce contact avec la nature. Dans les grandes villes, celui-ci se résume le plus souvent à pester contre les feuilles mortes qui recouvrent les trottoirs à l’automne ou à un court passage au square ou au jardin du quartier (quand on a la chance d’en voir un !).

Dans les villes, tout ce qui nous entoure est le fruit de l’esprit humain, de l’imagination humaine (et parfois, il faut bien le dire, de quelque architecte un peu torturé qui n’a pas imaginé une seule seconde ce qu’allait être la vie des gens pour lesquels il a fait réaliser tel ou tel bâtiment!) ; tout est carré, rectangulaire, pointu ; les lignes sont droites, les choses ordonnées, parfois sales et/ou dégradées… Il semblerait que la réintroduction de la nature dans les grandes villes soit un impératif si on ne veut mettre un frein à l’escalade de stress, d’anxiété et de violence qui semblent les envahir. Où sont les courbes, le joyeux fouillis, les couleurs et les odeurs de l’espace naturel qui nourrissent nos sens et notre âme ?

Lors d’une balade dans la nature, que ce soit en forêt, à la montagne, à la campagne ou a fortiori en bord de mer, on fait le plein d’ions négatifs (un seul ion d’oxygène négatif fait pénétrer 80 ions d’oxygène neutre dans l’organisme !), c’est la fameuse oxygénation du corps qui nous fait tant de bien quand on rentre de balade, qui nous donne cette sensation de régénération.

Grâce au soleil, et même par temps voilé, on profite des UV qui nous permettent, surtout si c’est l’été et que nous sommes légèrement vêtus, de transformer le cholestérol sous-cutané en vitamine D3 (vitamine qui joue un rôle très important dans le métabolisme phospho-calcique).

Il y a aussi tous les arômes naturels diffusés par la mer, les algues, les plantes : pour ceux qui ont justement cette chance de pouvoir être régulièrement dans la nature, qui n’a pas un souvenir ému de l’odeur de la garrigue chauffée par le soleil l’été, des aiguilles de pins, des ajoncs de bord de mer au moment de leur floraison, des mimosas ou du lilas au printemps… Toutes ces merveilleuses odeurs qui pénètrent nos narines agissent sur notre système limbique, endocrinien, nerveux et physique, comme le feraient des huiles essentielles qui sortent du flacon. Une balade dans la nature, c’est comme un traitement d’aromathérapie olfactive !!

Un autre « avantage » de la balade dans la nature, c’est la séance de réflexologie gratuite ! En effet, qu’on soit pieds nus sur la plage ou chaussés de chaussures légères sur les chemins caillouteux ou les nœuds des racines de la forêt, la voûte plantaire est massée par l’irrégularité du terrain et c’est ainsi toutes les tensions du corps qui se trouvent soulagées (si on en fait pas trop!).

Et puis bien sûr, pour qui sait voir et observer la beauté de la nature, une balade dehors, c’est la régalade des yeux et des oreilles : les couleurs naturelles (et notamment le vert qui est connu pour réguler et apaiser le système nerveux), les paysages, l’innocence d’une biche ou d’un moineau, le chant d’une tourterelle, l’apaisement procuré par les formes naturelles de la végétation, de la roche, du cours d’eau… Ce ne sont plus murs de béton et de verre aux lignes strictes mais l’harmonie joyeuse de la nature avec son inégalable enthousiasme qui nous réchauffe le cœur et nous décentre de nos soucis !

Vous aimerez peut-être aussi Voyage au Portugal – nature, Beautiful nature, Entrer en connexion avec les plantes et les arbres

On parle de plus en plus de l’importance de trouver dans sa vie quotidienne des fenêtres de relaxation, mais finalement, pourquoi est-ce si important ?

Dans nos sociétés modernes, et c’est maintenant un lieu commun de le rappeler, on est souvent dans une course constante contre la montre, stressés, anxieux… Ce stress, qui selon les personnes se loge au niveau de la peau (psoriasis, acné…), du cœur (tachycardie, sentiment d’oppression…), des intestins (digestion compromise pour dire les choses joliment) ou du dos (douleurs diverses et variées, lumbagos…), nous embrouille littéralement le cerveau également. C’est comme si un épais nuage gris tourbillonnant remplaçait nos facultés habituelles (en tout cas, c’est comme ça que je le ressens de mon côté) et nous empêchait de réfléchir calmement, de se souvenir et de se concentrer. Littéralement, on ne se reconnaît plus et on est plus nous-même.

Alors quel est le rôle de la relaxation dans ce schéma ? Et bien tout simplement, elle constitue une pause qui nous permet de nous reconnecter à la source, de nous abandonner quelques instants à l’énergie universelle bienveillante qui anime chaque chose et chaque être.

On rentre profondément dans notre corps en oubliant le mental, on se reconnecte avec nos sensations dans le moment présent, avec le moins de filtres possibles, en essayant de laisser à distance le mental et ses tourbillons pour finalement s’ouvrir à l’intelligence universelle. C’est elle qui nous donne l’énergie pour vivre de façon optimale, qui réorganise nos cellules et nos vents énergétiques* afin de nous permettre de nous régénérer et de réparer ce qui a été endommagé par le coup de stress : rétablissement des circulations énergétiques, des cellules, décontraction des muscles, assouplissements des nerfs.

Ce n’est que si l’on offre à notre corps et à notre mental des pauses régulières de relaxation que l’on pourra maintenir sa santé, surtout si nos nuits sont souvent chaotiques. Autrement, le stress et la tension s’accumuleront toujours plus profondément dans les tissus, pouvant causer à terme toutes sortes de pathologies, dont l’étiologie reste mystérieuse pour la médecine officielle : fibromyalgie, spondylarthrite ankylosante, sclérose en plaques…

Alors, à mon sens, tout est bon pour fournir au corps et à l’esprit un moment de relaxation intense : sophrologie, écoute de CDs de relaxation en position couchée, yoga (et surtout shavasana, la fameuse posture du cadavre que tout le monde attend avec impatience en fin de cours!), qi gong, bains aromatiques (vive l’huile essentielle de lavande vraie!), bains de soleil dans l’herbe (attention à ne pas rester trop longtemps)…

* Rappelons en ayurveda les 5 vents énergétiques de base : prana vayu, apana vayu, udana vayu, samana vayu , vyana vayu.

Vous aimerez peut-être également:

Crise d’angoisse 1, Crise d’angoisse 2, La magie du yoga, Stress et hatha yoga, Le yoga ayurvédique

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 25 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :